Gaillac: Jardins en perspective

Gaillac Jardins en perspective 22 mai 2015 052 Gaillac Jardins en perspective 22 mai 2015 050 Gaillac Jardins en perspective 22 mai 2015 048 Gaillac Jardins en perspective 22 mai 2015 041 Gaillac Jardins en perspective 22 mai 2015 040 Gaillac Jardins en perspective 22 mai 2015 035 Gaillac Jardins en perspective 22 mai 2015 029 Gaillac Jardins en perspective 22 mai 2015 016

Gaillac Cinefeuille : expo Jardins en perspective

Des jardins du grand siècle aux jardins partagés

C’est au Muséum d’histoire naturelle qu’a eu lieu le vernissage de l’exposition « Jardins en perspective » au milieu d’un public amateur des Jardins, en présence notamment de Bertrand de Viviès, conservateur des musées de Gaillac, Alain Soriano et Chantal Tichit de la ville de Gaillac, Bernard Huet des Amis des Jardins, de Yannick Joulié du CPIE, Patrick Andrieu-Rup du service Communication du Conseil départemental. Comme l’expliquent Bertrand de Viviès et Alain Soriano, cette exposition permet de découvrir des gravures « (Perspective, Vue, Vue d’Optique, Mondo Nuovo) spécifiquement destinées à être vues avec un ensemble de miroirs et de lentilles spécialement agencés pour créer une perspective saisissante (zograscope, graphoscope).Les scènes représentées étaient des villes, le plus souvent des capitales d’Europe, mais aussi beaucoup les jardins royaux publics ou privés, dont les perspectives et l’ordonnancement convenaient à l’exercice de la mise en scène de ces images. En présentant les œuvres d’un ensemble de ces gravures populaires devenues rares et issues d’une collection privée, le Muséum d’histoire naturelle propose un regard sur l’intérêt suscité par un nouveau procédé scientifique et technique d’optique pour leur usage comme un intérêt pour la découverte du monde. À son âge d’or (entre 1750 et 1850), ce procédé a été employé comme divertissement de salon. Ceux qui ne pouvaient se le permettre pouvaient « voyager dans le monde » et voir les images dans les foires pour quelques sous. »
En prélude à Cinéfeuille, un atelier pour tous les sens
Des jardins représentés aux jardins réels, il n’y a qu’un pas qui a pu être franchi car la terrasse du Musée d’histoire naturelle, anciennement château de l’Hom, abrite depuis quelques années un jardin aromatique et potager. Ce projet soutenu par la municipalité et les Amis des Jardins avec Bernard Huet, permet de mettre en vision du public un certain nombre de plantes aromatiques et culinaires ; « Plus de 80 espèces y sont présentées » explique Bernard Huet. Ce 22 mai, différents ateliers autour des plantes ont donné l’occasion d’illustrer par l’exemple, les différents sens mis en exergue par le festival Cinéfeuille comme l’odorat, la vue, le toucher.

Cinefeuille et les jardins : une affaire de lien social

Cinefeuille offre depuis 15 ans un regard de sensibilisation sur notre environnement et s’efforce de créer les bases  d’un dialogue social à travers la culture jardinière : « Le jardin est affaire de tous, explique Yannick Joulié du CPIE ; il met en connexion différents partenaires et en premier lieu les habitants des quartiers et des villages ; son rôle de lien social est manifeste. »

Le Muséum, en lien avec les scolaires

Le Muséum produit des documents pédagogiques à destination des populations scolaires ; son souci est aussi de s’intéresser aux nouvelles générations. « Cette démarche a bien fonctionné, comme le remarque l’un des responsables du Musée d’histoire naturelle, notamment lors de l’exposition « Le ciel dans tous ses états ».

Pierre-jean Arnaud- 29 mai 2015

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *