Gaillac: plan videoprotection dévoilé

 

Gail

Gaillac : le programme de vidéoprotection voit le jour

Elaboré depuis plusieurs mois en concertation entre la mairie, la police municipale, la gendarmerie et les habitants, le projet de vidéo protection a été dévoilé ce lundi 18 septembre par Patrice Gausserand, maire, Francis Ruffel, Dominique Boyer, David Amalric, conseillers municipaux. Quant aux représentants de forces de sécurité, étaient présents le lieutenant-colonel Didier Laurens en charge des questions de prévention et de partenariat au groupement de gendarmerie, Michel Boucher ex-référent de sécurité du groupement de gendarmerie, le chef d’escadron Gilles Matuszak et le capitaine Bernard Baldet, le major Vicaire, l’adjudant-chef Torrente,  de la compagnie de gendarmerie de Gaillac, Alain Mosna, chef de la police municipale.

Une promesse de campagne

« C’était une promesse de campagne qui devient maintenant réalité, souligne Patrice Gausserand. Le projet a été validé par la préfecture et entre en vigueur avec 15 caméras d’ores et déjà installées ; 23 le seront dans quelques semaines. dans un périmètre qui est défini actuellement place d’Hautpoul, place de la Libération, rue Portal, place du Griffoul. Une 2ème tranche sera ensuite décidée dans la foulée. Les zones concernées sont celles de la gare routière (108 bus par jour actuellement) et la gare SNCF, vraisemblablement en 2018. Le tout devrait être installé d’ici début 2019. » Le financement est pris en charge à 40% par l’Etat, le reste étant à la charge de la ville.

Un outil au service de la sécurité et du bien-être des habitants

« L’appellation video surveillance a fait place, indique le lieutenant-colonel Laurens, à celle de vidéo protection ; ce qui est visé est la protection des personnes et des biens ». Le système retenu est celui de video protection active avec un CESU ; dont l’accès est strictement réservé aux personnes dûment habilitées. Les images sont conservées 15 jours puis détruites par le système informatique. Leur vision en temps réel est limitée à quelques cas très limités d’événements populaires ou de manifestations de grande ampleur : 1er mai, fête des Lanternes du 1er décembre au 31 janvier. Toute production d’images a lieu sous contrôle de l’autorité judiciaire, lorsqu’il y a enquête en cours, le support contenant les images étant placé sous main de justice et conservé sous scellé.

Pierre-Jean Arnaud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *