Graulhet: 1ere pierre caserne pompiers

premirer pierre pompiers Graulhet 13 oct 2014 004premirer pierre pompiers Graulhet 13 oct 2014 002

Graulhet :  les élus au pied du mur de la caserne

Pour la pose de la la première pierre le 13 octobre 2014 , étaient présents le préfet Thierry Gentilhomme, Thierry Carcenac, president du Conseil général et sénateur,Jean Taczuck, conseiller régional, Claude Bousquet, conseiller général, Pascal Néel, président de Tarn et Dadou, Claude Fita, maire d’Albi, le directeur de la SEM 81, le lieutenant-colonel Florian Souyris, adjoint du commandant du SDIS 81, le commandant Christian Mercier, les gendarmes, le président du conseil d’administration du SDIS Michel Benoit, en présence des jeunes sapeurs en formation, des pompiers volontaires et des pompiers professionnels, alors que beaucoup d’anciens se retrouvaient dans l’émotion et l’amitié.

Une 1ere pierre sous les derniers rayons solaires

Les discours des officiels

Le commandant Mercier : Un projet qui voit enfin le jour

Prenant la parole en premier, le « jeune » commandant Christian Mercier, chef de centre des sapeurs-pompiers de Graulhet, remerciait chaleureusement le préfet d’être venu présider cette cérémonie de pose de la première pierre. « Nommé le 1er juin 2008, je suis venu pour remplacer le capitaine Fernandez comme chef de centre. Dès lors, mon objectif était la construction d’une nouvelle caserne.  L’actuelle caserne date de plus de 50 ans ; elle est traversée par la rocade et elle donne sur deux avenues, l’avenue du Printemps et l’avenue des Floralies. En janvier 2009 à Briatexte, j’avais reçu le soutien de Jean roger., ancien président du SDIS 81 et du colonel Dulaut, commandant le SDIS, ainsi que celui très important du maire de Graulhet.  Dans l’optique de la reconversion de Graulhet, l’idée du maire était de proposer une friche pour la caserne. Mais la 1ère friche proposée avait l’inconvénient de devoir être dépolluée ; la seconde friche visitée rue de la Mégisserie, ne donnait pas satisfaction, de même que la solution de l’implantation sur les lieu des ateliers municipaux.   Il offrait  une surface de 11000 m2 mais tout devait être rasé. Enfin, grâce à la proposition d’un propriétaire privé, M. Schiavon, un terrain se trouvait disponible de 1 hectare….

A suivre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.