Entre fado et ragtime, P.Bonnafous

Graulhet : Entre ragtime et fado, Philippe Bonnafous a fait un beau cadeau

Philippe Bonnafous est un chanteur atypique dans le paysage du music-hall actuel ; chanteur qu’on pourrait qualifier de romantique et de classique à la fois car son inspiration est puisée aux sources du quotidien : de la naissance et la joie de la conception à la fin du voyage terrestre ; le tout est traversé d’une espérance chrétienne. Après avoir été pianiste dans les bars ou les hôtels, (ragtime…quand tu nous tiens),  il a connu une phase liée à la composition musicale et aux arrangements, comme pour Frédéric Bardet, du groupe GAJ. Il dispose aussi de son propre studio d’enregistrement. Ce Pierrot de l’aujourd’hui veut bien écrire avec sa plume pour chanter bien évidemment, ses peines et ses joies, ses tourments ; portés par la musique, les mots semblent plus forts ; ils célèbrent la vie, tout en craignant la mort. Comme une ballerine dont la grâce étonne à force d’équilibre, ces couplets nous fredonnent que nous vivons tous libres ; ils nous invitent à partir à la suite de Victor Hugo « Demain dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne » pour retrouver au Portugal les vibrants accords du fado, pays où « les lavandières lavent le blues de la mer ».

Duos avec Frédéric Bardet, Jean Pradelles et Daniel Rigaud

Monter dans le «  train du bonheur » avec Frédéric Bardet ou partager avec Jean Pradelles la plainte de « l’Indifférence », tel a été ensuite le défi de Philippe Bonnafous qui a tenu à associer sur scène pour des duos improvisés, ses amis les chanteurs tarnais. Suivit ensuite avec le père Daniel Rigaud, une chanson en hommage à Pierre, comme un cri ou une prière à Dieu qui crée des « cœurs libres d’aimer ».

Rendez-vous le 24 juin à Albi

Dans un petit mot de conclusion, Pierre Van Son tint à remercier chaleureusement le public et les organisateurs de cette soirée : « Merci à  tous de votre participation à cette soirée qui permettra une contribution au voyage de mes parents depuis le Vietnam. Merci de tout cœur à  Philippe pour ce concert. Merci à Jean et à Frédéric, ainsi qu’à notre curé ». Après une dernière salve d’applaudissements dans la salle de l’Odéon, rendez-vous a été pris pour l’ordination presbytérale dimanche 24 juin à 16h, en la cathédrale Ste Cécile d’Albi.

Pierre-Jean Arnaud

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *