Labruguière: concert choeur diocésain

 

 

 

concert Ch dioc 8 dec 2013 Labruguiere 004 concert Ch dioc 8 dec 2013 Labruguiere 026

Labruguière: retour sur le concert du choeur diocésain

Catherine Barthe succède au père Barthez

C’est en l’église Saint-Thyrs le dimanche 8 décembre 2013 qu’a eu lieu le 1er concert du chœur diocésain après le changement de chef de chœur. En effet, Catherine Barthe a pris les rênes de cet ensemble choral à fin 2012, succédant ainsi à l’abbé Pierre-Marie Barthez qui en assuré la direction pendant plus d’une décennie. Ce retour à l’activité concertante s’est produit au sein même de la paroisse de Labruguière dont le curé n’est autre que l’abbé Jean-Claude Ferret, responsable diocésain de la pastorale liturgique et sacramentelle, tout heureux d’accueillir les choristes dans son église.
Un chœur pluraliste
La spécificité du chœur diocésain réside dans le fait que ses membres sont issus de l’ensemble du territoire tarnais, depuis les Monts de Lacaune à l’ouest du département sans oublier les territoires albigeois, castrais, mazamétain, graulhétois et vauréen ; ils assurent au quotidien l’aide à l’animation liturgique dans les différentes paroisses dont ils sont issus. Cet accompagnement leur permet à la fois de diffuser un peu de cette culture musicale apprise au chœur diocésain dans les différents lieux de culte particuliers et de faire retour sur les pratiques existantes dans chaque communauté paroissiale. Cela permet une certaine harmonisation des pratiques sur la base du recueil CNA ( chants notés de l’assemblée) qui est l’ouvrage de référence. Cette harmonisation n’exclut pas la diversité des sensibilités, qui se fondent toutes dans la louange due au Créateur.
Un répertoire alliant tradition et modernité
Le répertoire abordé n’est cependant pas seulement liturgique ; il fait aussi place aux œuvres profanes. Il puise aussi bien dans les œuvres de compositeurs classiques comme Gabriel Fauré, Jean-Philippe Rameau, Alessandro Scarlatti, Vivaldi, Mozart, Saint-Saëns, César Franck que dans celles de compositeurs contemporains comme Kodaly, Tim Blickan ou Elgar.
Un programme éclectique sous dominante de la Nativité
Le concert de ce 8 décembre portait l’empreinte du temps liturgique de Noël. Les choristes prenaient place aux accents de Laudate Dominum, du répertoire de Taizé. Une hymne de Josquin des Prés, un des premiers polyphonistes Pré-renaissance, célébrait la place de l’Eucharistie dans « O salutaris hostia » ; tout en finesse, le maître de la Renaissance Giovanni Pierluigi da Palestrina délivrait la quintessence de son art dans une pièce très courte « Jesu, rex admirabilis » ; la France classique était à l’honneur avec une œuvre joyeuse de François Couperin, « Jubilemus, Exultemus » ; la première partie chantée s’achevait avec le très entraînant « Cantate Domino » de Tim Blickhan, déjà cité, avant l’exécution de deux pièces d’orgue par Nicole Nonon, organiste titulaire à l’église Saint-Nicolas de la Grave à Toulouse. La deuxième partie revêtait la tonalité de l’Avent et de la Nativité avec « Notre âme attend le Seigneur » de Taizé et « Dieu s’approchait » de Sr Marie-Pierre Faure et Sylvain Caron. L’éclatant « Tollite hostias » de Saint-Saëns précédait la reposante et mystérieuse et « Nuit » de Rameau ; les pièces suivantes « Aujourd’hui le roi des cieux » de Joseph Gelineau, le Noël anglais de Michel Veuthey. Une pièce mariale « Avec Marie Jubilons d’allégresse » mettait un point d’orgue à ce délicieux moment de culture et de foi partagée pour le plus grand bonheur du public de Labruguière !
Pierre-Jean Arnaud

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.