Astronomie dans christianisme et Islam

Les Deux Pins Coucher de soleil lundi 2 juil 2012 032

A Castelgandolfo un congrès sur l’Astronomie dans le Christianisme et l’Islam

Source Radio Vatican : 12 janvier 2015

Un congrès de trois jours intitulé « L’Astronomie dans le christianisme et dans l’Islam » s’ouvrira ce mardi à Castelgandolfo, le bourg qui accueille la résidence pontificale d’été. L’événement, qui se déroule à l’occasion de l’Année internationale de la Lumière et des techniques utilisant la lumière, est organisé par l’Observatoire du Vatican et par l’Ambassade de l’Iran près le Saint-Siège. Pour les organisateurs, le dialogue entre l’islam et le christianisme ne doit pas se limiter au cadre du droit et de la religion ; il doit porter aussi sur la science. Farid Ghassemlou, professeur du Département d’histoire des sciences à la « Islamic Encyclopedia Foundation », rappelle que l’astronomie est patrimoine commun de la communauté mondiale : la civilisation islamique a utilisé les résultats de l’astronomie grecque pour se développer et les civilisations européennes ont utilisé le savoir d’astronomes islamiques en traduisant certains ouvrages d’astronomie de la civilisation islamique au Moyen-Age.

Le P. José Funes, sj, directeur de l’Observatoire du Vatican, souligne que « le christianisme, mais surtout l’islam, ont une grande tradition astronomique. Encore aujourd’hui de nombreuses étoiles portent les noms de grands astronomes musulmans ». Les scientifiques, qu’ils soient musulmans ou chrétiens, ont parcouru le même chemin pour connaître le cosmos. Les participants se pencheront notamment sur l’Église et l’astronomie, sur la voie coranique de l’étude du Cosmos, sur le calendrier grégorien, et sur l’histoire de l’Univers. Des visites aux Musées du Vatican, à la Chapelle Sixtine, à l’Observatoire du Vatican et aux Archives secrètes, sont également prévues. 2015 coïncide avec les anniversaires de diverses découvertes sur la lumière : les travaux sur l’optique d’Ibn Al-Haytham en 1015, la théorie ondulatoire de la lumière avancée par Fresnel en 1815, la théorie électromagnétique de la propagation de la lumière de Maxwell en 1865, les théories d’Einstein sur l’effet photoélectrique en 1905 et sur les liens entre lumière et cosmologie en 1915 et la découverte du fond diffus cosmologique par Penzias et Wilson de même que les travaux de Kao sur la transmission de la lumière dans les fibres pour la communication optique en 1965. (RV/Zenit)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *