Biocybèle attire petits et grands

 

Graulhet : Biocybèle attire toujours petits et grands

La foire Biocybèle a connu une bonne affluence ce dernier week-end de Pentecôte. Retour sur quelques animations.
Gérald, l’arbre des elfes et l’atelier de modelage
Gérald anime l’atelier de modelage : « L’argile utilisée est une terre qui vient des rives de l’Aveyron ; on la trouve à Lexos, dans le Tarn-et-Garonne. Les enfants viennent ici après avoir écouté les recommandations prodigués sous l’arbre des elfes. Ainsi initiés, ils choisissent ensuite telle ou telle activité ». Hamelin fait partie de ces enfants captivés par le façonnage de la terre ; il achève de modeler son 5 e ou 6 e champignon, bien à l’abri dans un recoin de la pelouse. les couleurs utilisées sont les mêmes que celles de la fête Holi en Inde.
Jean-Baptiste Strubb, menuisier et fabriquant de ruches


Il participe pour la 2e fois à Biocybèle, ce jeune menuisier et fabriquant de ruches alternatives exerce son activité à Cordes ; pour sa production, il privilégie le bois de conifère non traité produit localement : « J’ai un très bon scieur en Aveyron. Je fabrique 3 types de ruches : la ruche Tonelli, avec une forme cintrée à habitacle auto-nettoyant, en accord avec l’écologie de l’abeille, la ruche kenyane, qui est horizontale ; sans cadres, elle convient à l’apiculture douce ; enfin la ruche extensible qui peut accueillir deux colonies d’abeilles. Biocybèle n’est pas le seul endroit où j’expose ; il y a aussi Toulouse avec la St Ambroise, Montauban avec Ecosynergie. »
Terres de liens veut faciliter la transmission des fermes aux jeunes exploitants

Plus de 200 fermes disparaissent chaque semaine faute de repreneurs. Il faut que ce mouvement cesse, martèlent Odile, Catherine et Dominique de Terres de liens, mouvement qui lutte pour la préservation et la transmission de l’outil d’exploitation agricole aux jeunes. « On achète des terres dans l’esprit d’une agriculture paysanne et on les met à disposition de personnes qui veulent s’installer moyennant un bail environnemental, c’est-à-dire en en passant en bio et en respectant la biodiversité. C’est ainsi que nous possédons 10 fermes en Midi-pyrénées et 140 en France. »
François Fichet fait ressortir le bleu lavande sur la céramique


Françoise Fichet est une potière ariégeoise, basée à Mérigon, qui nourrit une passion pour la céramique dont elle surveille attentivement la composition et ensuite la cuisson : «La couleur principale bleue est obtenue à partir de la cendre de lavande ; c’est ainsi que le grès bleuté surgit seulement à 1300 degrés, au point de fusion de l’émail. Les oxydes minéraux- cobalt, titane-révèlent et accentuent la couleur de l’émail. La cendre de chêne permet de produire un vert foncé, la cendre de paille, un jaune paille. Je regrette de ne pas pouvoir fabriquer certaines choses en raison de la qualité de la terre ; les terres actuelles ne sont pas assez souples ; elles sont trop jeunes. C’est pourquoi, je garde toujours en réserve une certaine quantité que je fais vieillir ; elle sera alors plus malléable».
Les anges de Florence Daoulas et les poupées câlines de Caroline Dufils

 
Elle fait flèche de tout bois et fabrique des ustensiles de cuisine, cuillers, louches, avec les essences les plus diverses : olivier, merisier, prunier… Florence Daoulas ne peut renier ses origines bretonnes ; elle fabrique aussi des anges. Quant à Caroline Dufils, ses poupées câlines en tissu sont ravissantes ; vous les trouverez au Mas d’Azil.
Pierre-Jean Arnaud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *