Drôme: Cantouvèze innove avec talent

 

Cantouveze concert BUIS 11 oct 2015 (25)Cantouveze concert BUIS 11 oct 2015 (19)Cantouveze concert BUIS 11 oct 2015 (21)Cantouveze concert BUIS 11 oct 2015 (11)Cantouveze concert BUIS 11 oct 2015 (5) Cantouveze concert St Auban 9 oct 2015 (13)

Drôme: Cantouvèze innove avec talent

Des chanteurs multilingues et motivés sous la baguette exigeante de Christine Paillard
Le pari n’était pas gagné d’avance et Christine Paillard, chef de chœur de Cantouvèze, avait placé encore une fois la barre très-haut pour les trois concerts drômois donnés à Saint-Auban, à Nyons et à Buis-Les-Baronnies. Le choix a été fait de mêler des œuvres instrumentales, des œuvres chorales et des solos vocaux soutenus par les instruments. Le programme composé en majeure partie d’œuvres profanes a fait vibrer le public grâce à l’engagement conjoint des choristes et des instrumentistes sous la houlette énergique et passionnée de l’exigeante chef de chœur. Le répertoire puisé chez de nombreux compositeurs a été l’occasion pour ces choristes amateurs de chanter parfois par cœur, des pièces en anglais, en italien, en allemand, en latin et même en hébreu. Quelques membres de la chorale parisienne de Christine Paillard renforçaient la formation de Cantouvèze.

Dix compositeurs rendus plus familiers par une présentation attrayante et humoristique
Avec des œuvres de Rutter, Elgar, Whitacre, Fauré, Gounod, Mozart, Schubert, Rossini, Chostakovitch, Bepi de Marzi, la palette des couleurs musicales était très variée, alternant gravité, intensité dramatique, légèreté ou insouciance, comme pour dépeindre toute la richesse des sentiments humains. En outre, la présentation vivante des compositeurs par les choristes eux-mêmes a permis de  se démarquer des conventionnelles introductions parfois rébarbatives et débités sur un ton souvent monocorde. Chaque compositeur prenait ainsi chair face à l‘auditoire, avec une brève biographie agrémentée de façon humoristique.

Une soliste et des instrumentistes remarquables
Si l’ensemble des acteurs doit être félicité, un satisfecit particulier est à adresser à la soprano, Emilie Ménard pour sa chaleureuse prestation ainsi qu’aux instrumentistes. Catherine Sternis au piano, Jean-Yves Dubois et Camille Deydier au violon, ont plusieurs fois soulevé l’enthousiasme du public, notamment dans les pièces de Chostakovitch. Ils ont contribué par leur fougue et leur virtuosité à la réussite de ces trois concerts.

Une grande variété d’univers musicaux
Le concert nous a entraînés dans une série d’univers musicaux très différents, ce qui en a fait le charme. Pas question de s’ennuyer avec la séquence des œuvres interprétées. Tour à tour, le public a pu apprécier Rutter et l’inconstance hivernale des amis dans Blow blow, Fauré et la rumeur inquiétante des Djinns, Mozart et le chant d’amour du roi berger Aminta, Bepi de Marzi et la tension écologique de l’Aqua ze morta donné a cappella, Schubert et la légèreté coquine de Ständchen où les voix des hommes font écho à la soprano dans un dialogue charmant, Chostakovitch et ses pièces populaires pour trio très entraînantes, Gounod et l’intensité dramatique de Gallia sur un texte biblique des Lamentations, Whitacre et sa polyphonie surprenante de chants hébreux, Elgar et la musique sublime des flocons de neige qui devient poésie, Fauré encore mais avec l’échange aigre-doux des amants dans la Pavane et en point d’orgue, Rossini et son amusant Carnaval de Venise.

Un autre défi les attend : le Requiem de Mozart
On peut considérer la cuvée 2015 de Cantouvèze comme un très bon crû. Toutefois, la quête de l’excellence ne peut s’arrêter en si bon chemin : un autre défi attend déjà les choristes, celui du Requiem de Mozart que certains d’entre eux ont déjà chanté. Cette œuvre musicale et instrumentale de grande ampleur, popularisée par le film Amadeus de Milos Forman, est un des sommets de la création artistique du génie musical viennois, trop tôt disparu. Mozart s’éteindra d’ailleurs peu de temps après avoir honoré sa commande, en laissant certaines parties inachevées. Nous avons hâte d’être à l’année prochaine pour écouter ce pur joyau de musique sacrée !

Pierre-Jean Arnaud-13 octobre 2015

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *