Graulhet: 1ere pierre gare routière

Graulhet : Première pierre  de la nouvelle gare routière

Du Jourdain à Pélissou

De la place du Jourdain où elle « fait face actuellement à de nombreux conflits d’usage », la gare routière migre vers  l’enceinte du stade Pélissou ; elle devrait y trouver plus d’espace disponible et un aménagement plus conforme à sa fonction de transport collectif. Ce transfert s’effectue dans le cadre de la démarche GPCAT : grands projets pour la croissance et l’attractivité des territoires, initialisé le 17 avril 2015 par le PETR Vignoble Gaillacois, Bastides et Val Dadou. Il vise à développer les mobilités entre les territoires et à favoriser l’activité économique. C’est donc ce mercredi 1er février qu’a eu lieu la pose de la première pierre ou plutôt du premier panneau marquant la destination de ce nœud de communication graulhétois.

Claude Fita : faciliter les connexions tarnaises et les déplacements doux

« Graulhet  voit passer chaque jour 100 bus et 1000 personnes ; 500 à l’aller et 500 à la descente et 50 personnes par bus ; cela permet de réduire ainsi pour chaque rotation l’utilisation de 40 voitures » indique Claude Fita.  Développer les mobilités inter et intra-départementales, se connecter à l’A68, et à la gare ferroviaire de Gaillac, ce projet permet à Graulhet de s’inscrire suivant deux axes : le volet gare routière et aussi le volet cheminements doux avec l’aménagement de la rue st Jean et des pistes cyclables avenue de l’Europe, avenue de Provence. Claude Fita remerciait les partenaires et acteurs de ce projet avec le bureau d’études Papyrus et le cabinet d’architecture  Georges-Henry Ser.

Paul Salvador, nouveau président de l’agglo

Paul Salvador  évoquait l’origine du dossier élaboré dans le cadre du PETR à l’initiative de Tarn et Dadou et de son président Pascal Néel. Il soulignait la compétence pleine et entière de l’agglo sur le dossier. « Les 50 dernières années ont vu la disparition  du réseau des chemins de fer et des autobus. C’était aller vite en besogne car transports publics et collectifs restent attractifs ». Le département a mis aussi en œuvre avec TAD, transport à la demande, un service de covoiturage. « Il s’agit de subvenir à ces investissements car c’est toute la ruralité qui a besoin de ces déplacements ».

Claire Fita : la compétence de la région dans l’interurbain et le plan BTP

Dans le cadre de la mise en œuvre de la loi NOTRe, depuis le 1er janvier 2017, la région a vu s’opérer le transfert de la compétence des transports interurbains ; celui des transports scolaires est lui prévu le 1er septembre 2017. La Région Occitanie a racheté au Conseil départemental du Tarn de 67 % des parts de la SPL « D’un point à l’autre », lui permettant ainsi d’exercer cette nouvelle compétence sur le territoire du département du Tarn ; le Département avait créé cette SPL afin de lui confier la gestion et l’exploitation du réseau de transport public non-urbain dénommé « TARNBus » en 2012. Au-delà de cet intérêt pour le transport, Claire Fita a mentionné le plan Marshall du BTP ; c’est ainsi que 880 millions d’euros sont injectés par la région, de façon à donner un coup de pouce à ce secteur de l’économie.

Pierre-Jean Arnaud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *