Graulhet: Biocybèle et Ungersheim

Biocybele 15 mai 2016 (1) Biocybele 15 mai 2016 (2) Biocybele 15 mai 2016 (4) Biocybele 15 mai 2016 (3)

Biocybele 15 mai 2016 (5)

Photos: Animations en haut et à gauche La Chanfar et sa chef de choeur

Le saxophoniste Pierre Lévy-  ; un stand « Brut de bois » 

Graulhet : Biocybele 2016,  un bon crû  à la Bousquetarié

Pour le week-end de Pentecôte, le parc de la Bousquetarié a accueilli près de 200  exposants venus faire partager leurs produits et leur savoir-faire. Comme les 3 éditions précédentes, la foire a donné lieu à des débats et à des forums où ont été discutées les différentes alternatives à une agriculture de type industriel. Les problèmes de financement et de transmission des exploitations agricoles ont été aussi évoqués; ils sont au cœur des préoccupations portées par Nature et Progrès. Outre les forums et les exposants, des animations ont été proposées aux milliers de visiteurs attirés par des conditions météo qui se sont améliorées au fil du temps. Parmi celles-ci, l’animation proposée par le groupe musical de Lavaur, la Chanfar, avec ses choristes et musiciens a connu un bon succès. La Chanfar donne un écho au-delà du sol national à ces chants et musiques du monde, mélodieuses, comme cet air macédonien, repris en polyphonie.

L’expérience d’Ungersheim

Lors de l’apéritif de lancement, ce dimanche 15 mai à 12h30,  le maire alsacien d’Ungersheim, Jean-Claude Mensch, promoteur  sur sa commune des Jardins du Trèfle rouge,  se montrait satisfait de son déplacement en terre occitane en compagnie de son homologue graulhétois, Claude Fita, accompagné par quelques élus.  Signalons aussi la présence de Gaspard d’Allens, coauteur avec Lucile Leclair, du livre « Les Néo-paysans ». Un satisfecit partagé par Garlon Kergoulay, présidente de Nature et progrès Tarn et Maud le Voyer, responsable de la communication de Biocybèle.

Les jardins du Trèfle rouge

 « Les Jardins du Trèfle rouge » est un projet de la municipalité d’Ungersheim  qui a racheté  8 hectares de terrain pour y cultiver des légumes avec l’aide de l’association Icare ; cette dernière est en charge de la gestion ; elle propose à des personnes en difficulté de réinsertion des contrats de travail dans le maraîchage biologique. La population d’adhérents consommateurs peut ainsi se procurer dans le cadre du réseau des Jardins de Cocagne, un panier légumes hebdomadaire.

Pierre-Jean Arnaud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *