Graulhet: le jeu, roi de la médiathèque

Graulhet ! la médiathèque et son grand terrain de jeu

La médiathèque Marguerite Yourcenar de Graulhet accueillait pour sa traditionnelle fête des jeux, les jeunes et les nostalgiques de la cour de récréation, ce samedi 24 juin 2017.

Avec Ludiga, on explore l’univers des zombies

L’association gaillacoise LUDIGA, présidée par Dominique Bertheau avec Eliane Munoz secrétaire et Adrien Revel, trésorier, a trouvé sa place dans cette fête des Jeux ; elle a installé ses 6 à 8 tables, pour les adeptes de jeux de société à partir de 10 ans, tel Dice Forge.  Eric est un joueur passionné par Walking Dead, un jeu de rôle où évoluent des zombies ou rôdeurs. Son papa, ingénieur retraité venu récemment de la région parisienne, ne tarit pas d’éloges sur son fils : « Il est doté d’une mémoire phénoménale ; ce qu’il voit une seule fois est mémorisé ».

La ludothèque La Marelle ouverte à un public familial

Donovan, ludothécaire,  est l’un des deux salariés de la ludothèque La Marelle qui a son siège 12 rue de la Violette à Albi, non loin de la place du Vigan. Ouverte du mardi au samedi de 9h30 à 11h30 et de 15h30 à 18h30, cette association fonctionne avec 7 bénévoles ; elle propose soit un paiement au prêt, soit un abonnement annuel permettant de jouer sur place. Elle s’adresse à un public familial. L’association a participé du 16 au 19 juin à la 4e édition du Gloose festival d’Albi qui  fonctionne avec 50 bénévoles et 30 partenaires et qui a accueille 2300 personnes. Elle propose des animations en collectivités, les écoles, centres sociaux et aussi des formations. Elle veut mettre en relation les gens.

Au programme de la journée ludique graulhétoise: CROC, Purple Brain et aussi un jeu magnétique et magique de construction : «  Mac Formers »

La MJC de Saïx insiste sur le rôle du maître du jeu

Laure a dessiné les planches invitant le public à partir de 16 ans à jouer sur son stand : chimiste et dessinatrice, cette animatrice de la MJC de Saïx insiste sur le rôle du « maître du jeu » ; cet acteur est essentiel car c’est lui qui va créer le scénario et décider en cours de partie de la survenue de certains événements (invasions, catastrophes naturelles…) qui vont bouleverser le cours du jeu.

Sylvie Pers construit ses propres jeux

Sylvie Pers le construit ses propres jeux et utilise les compétences familiales ; ainsi son gendre l’a aidé à concevoir la partie électrique de son jeu d’obstacles. (cf. photo).

Daniel Gabarre : le jeu, un vecteur social et un instrument de culture

Assisté de Marion Pellegrini, « la cheville ouvrière de cette fête », Daniel Gabarre fait le point sur cette édition de la fête du jeu : « Il y a un renouveau de l’offre et le développement des jeux. Les jeux sont devenus à la mode ; ils sont de plus en plus ingénieux et attractifs ; même les adultes s’y intéressent. La Médiathèque est devenue  un lieu de vie où le jeu a toute sa place à côté des livres, des CD et  des autres écrits. Le jeu s’impose maintenant ; oubliés les rayonnages poussiéreux d’autrefois, le livre-roi, n’a plus lieu d’être. Vecteur social éminent, le jeu est aussi un instrument de culture. »

La boutique, complément indispensable pour l’évolution ludique

Florian Albenge propose des jeux pour tous les goûts. Il a connu un parcours atypique le conduisant du métier de jardinier à celui de vendeur de pièces autos pour finir dans le commerce et la vente des jeux. Sa boutique La Mutinerie, située à Lisle-sur-Tarn, propose les jeux de société les plus divers. Loin de concurrencer les consoles et autres play-stations, les jeux comme Andor, Code Names permettent des plongées immersives dans les univers Médiéval fantaisie, Médiéval, Vikings, Agents secrets… Plus de 1000 jeux sortent chaque année et les différents festivals de jeux permettent de se tenir au courant des dernières nouveautés : Toulouse l’Alchimie (en mai), Essen, Paris, Nuremberg.

Pierre-Jean Arnaud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *