Lisle-s/Tarn: d’urgence un médecin!

Lisle sur Tarn cherche d’urgence un médecin généraliste

Une alerte déjà lancée en 2016

Véritable cri de détresse poussé par Maryline Lherm, maire de Lisle-sur-Tarn, lors d’une conférence de presse à l’Hôtel de ville, place des Couverts, en ce jeudi 20 juillet: la situation médicale est préoccupante. Plusieurs phénomènes sont venus coup sur coup, rendre l’accès aux soins plus compliqué sur la commune et tout le bassin de vie formé par les communes de Lisle, Parisot, Peyrole, Montans ainsi qu’une partie de Salvagnac. Dès octobre 2016, la ville avait déjà enregistré le départ d’un médecin avec un portefeuille de 1500 patients. Ensuite, moins d’un an après, un deuxième praticien est contraint après des soucis de santé, de réduire son activité. De plus, en raison de cette défaillance, la crèche de Lisle sur Tarn n’a plus de médecin attitré. Depuis un an, les édiles lislois ne sont pas restés inertes : déjà en septembre  2016, une réunion en mairie avait rassemblé 38 professionnels de santé ; l’Ordre des médecins en la personne de son président départemental, Etienne Moulin, avait été alerté ainsi que l’ARS.

« Population en danger »

Devant cette situation, Maryline Lherm n’hésite pas à parler de population en danger ; car plusieurs patients  et plusieurs familles ne peuvent être suivies, en particulier, ceux qui sont atteints de pathologies lourdes. Cette double défaillance pèse également sur l’ensemble des professionnels de santé : notamment les infirmières libérales qui sont de plus en plus sollicitées mais qui ne peuvent remplacer un médecin. A terme, par effet domino, la viabilité des deux pharmacies serait aussi remise en cause. Evoqué aussi à demi-mot, le risque d’automédication avec les effets néfastes qui peuvent en résulter.

Les plus offerts au nouvel arrivant sur la commune

« Qui souhaite s’installer sur notre belle bastide ? », interroge Maryline Lherm. « La ville est dotée d’un collège, d’une crèche, de tous types de commerces, le réseau Tarnbus, une aire de covoiturage ».  De nombreux avantages sont prévus pour favoriser une installation : le nouvel arrivant généraliste se verrait offrir  6 mois de loyer, renouvelable 1 fois, pour son logement privé (délibération prise par la commune). Ensuite, le docteur Lamarche qui a réduit son activité,  offre de partager son cabinet, son secrétariat. Il est urgent de ne pas différer cette arrivée car le médecin remplaçant venu offrir ses services, termine ses fonctions à la fin de cette semaine.

Pierre-Jean Arnaud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *