Monestiès: extinction des lampadaires?

Monestiès : et si on éteignait les lampadaires?

Peut-on éteindre les lampadaires servant à éclairer les lieux publics une partie de la nuit ? Telle était la question posée lors de la table-ronde « Eclairer pour rien nuit », ce vendredi 7 avril 2017.  Cette initiative, dont Julien Frat, chef de projet Plan climat au Pôle territorial de l’Albigeois et des Bastides est le promoteur avec l’appui du SDET, visait à réfléchir sur les conséquences d’une réduction de consommation électrique dans le contexte actuel de transition énergétique.

Les effets négatifs du surcroît d’éclairage : la pollution lumineuse

On parle de pollution lumineuse ou de photopollution lorsque l’omniprésence des éclairages artificiels (éclairage urbain, enseignes publicitaires, vitrines de magasins, bureaux allumés)  empêche l’obscurité normale de la nuit. Cette luminosité artificielle prend le relais du soleil aussi bien  dans les agglomérations urbaines que dans les plus petits villages. Troubles du sommeil, effets sur la faune (insectes, oiseaux) et la flore sont des conséquences d’une pollution lumineuse qui progresse de jour en jour sur la planète. Celle-ci est telle que d’après les statistiques, un enfant sur deux n’a pas pu apercevoir la Voie lactée.

Des économies possibles

L’éclairage public dans le patrimoine des communes de l’Albigeois et des Bastides représente 22 % des consommations énergétiques totales du patrimoine communal (soit 6 400 MWh/an), 44 % des consommations électriques, 22 % des dépenses énergétiques des communes (soit près de 780 000 € par an), 11 % des émissions de GES du patrimoine communal. Le Pôle Territorial, aux côtés d’une vingtaine de communes, a mis en place une mission de Conseil en Energie Partagé (CEP), en partenariat avec l’ADEME, pour permettre à celles-ci après analyse de leurs consommations énergétiques, d’être accompagnées dans leur projet de rénovation ou de mise en œuvre d’action de maîtrise des consommations  comme l’extinction de l’éclairage public, en veillant à ce que soit encouragée la sobriété et l’efficacité énergétiques. L’extinction de l’éclairage public entre minuit et 6h00, de 25 % des postes les plus consommateurs du territoire permettrait un gain annuel de plus de 2 GWh, une économie de 117 000 € et une réduction des émissions de CO2 de 172 t.eq.CO2.

Monestiès en pilote 

Le village de Monestiés classé plus beau village de France est impliqué depuis plusieurs années dans la maitrise de ses consommations énergétiques. Aux côtés du CEP, la commune a mis en œuvre une reprogrammation de tous les systèmes de chauffage des bâtiments public, un éclairage à LED sur certaines rues, une analyse et modification des abonnements tarifaires, la rénovation de certains bâtiments. Ses 28 postes d’éclairage public représentent une consommation de 100 000 kwh et une dépense de 107 000 euros. La population réunie à cette occasion a manifesté globalement son assentiment à cette évolution préconisée par l’équipe municipale avec à sa tête le maire, Denis Marty. La cinquantaine de personnes présentes s’est montrée intéressée par la démarche présentée par le conseiller énergie Olivier Mauchampt avec l’appui du Syndicat des Energies du Tarn.

Pierre-Jean Arnaud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *