SISQA s’ouvre à la nouvelle région

sisqa-toulouse-9-dec-2016-1 sisqa-toulouse-9-dec-2016-2 sisqa-toulouse-9-dec-2016-3 sisqa-toulouse-9-dec-2016-5 sisqa-toulouse-9-dec-2016-6 sisqa-toulouse-9-dec-2016-7 sisqa-toulouse-9-dec-2016-8 sisqa-toulouse-9-dec-2016-9 sisqa-toulouse-9-dec-2016-10 sisqa-toulouse-9-dec-2016-11 sisqa-toulouse-9-dec-2016-12 sisqa-toulouse-9-dec-2016-13 sisqa-toulouse-9-dec-2016-14

SISQA : le salon s’ouvre à la nouvelle région
Beaucoup de monde en ce vendredi 9 décembre 2016, 2ème jour du SISQA salon de la qualité alimentaire au Parc des Expositions de Toulouse. Valoriser et promouvoir la qualité des aliments que nous ingérons tous les jours, tel est l’objectif de cette immense vitrine des produits issus des filières agro-alimentaires à mi-chemin entre salon professionnel et marché de Noël. Cet événement a attiré le jour de son inauguration, institutionnels, médias, professionnels du domaine, visiteurs et aussi un nombre important de jeunes scolaires.
Le SISQA en chiffres
Le SISQA, c’est 50 000 visiteurs, près de 200 exposants, 400 étudiants, 5000 scolaires en visite, 110 animations culinaires, 100 animaux domestiques dans la ferme pédagogique.
Un poids économique considérable, dépassant celui de l’aéronautique
La nouvelle région, c’est 21,5 avant milliards d’euros de chiffre d’affaires, dont 5 à l’export. Ce qui en fait la première activité économique avant même l’aéronautique. Ce secteur comprend 165 000 emplois et près de 75 000 exploitations. C’est aussi la 1ere région européenne avec 250 produits sous signe officiel de qualité et d’origine (SIQO) ; c’est aussi la 1ère région bio de France en nombre d’exploitations (4695) et en termes de surface (329 659 ha). Elle renferme le premier vignoble en superficie pour les vins d’origine. C’est la 2ème région agricole de France pour l’emploi agricole : 165 000 actifs permanents et pour sa superficie (3,5 millions de surfaces agricoles utiles). Elle est le siège de 2 pôles de compétitivité : l’innovation agronomique à Montpellier avec le plus grand nombre de chercheurs en sciences du vivant au monde et un pôle agro-bio-véto de Toulouse, 1er institut de recherche agronomique en Europe.
Emergence de la marque Sud de France
Pour la première fois, la marque Sud de France a eu son stand au SISQA ; elle a regroupe 1836 adhérents dont 908 viticulteurs, 662 de l’agriculture, 215 de l’agroalimentaire, 37 adhérents du secteur bien-être et 9 adhérents de la filière bois. Ces entreprises sont à l’origine de 9258 produits agréés par la marque, dont 5941 vins, 2059 produits agricoles, 815 produits agro-alimentaires, 421 produits de bien-être et 22 produits issus de la filière bois. Parmi ces produits, on trouve le miel, le bleu des Causses, le cassoulet, les salaisons de Lacaune, le riz de Camargue, le sel de Méditerranée, le pastis gascon, la viande d’Aubrac, le crémant de Limoux, le rouget, l’abricot du Roussillon, la châtaigne des Cévennes, la gardianne de taureau, les moules à la sétoise, les anchois de Collioure, l’ail, la tapenade, la tomme des Pyrénées…
C’est aussi une marque qui fait vendre à l’export
Grâce à ses maisons de Région basées à Shangaï, Londres, New York et Casablanca, Sud de France programme chaque année 300 opérations commerciales destinées à assurer la conquête de nouveaux marchés. La région est la première exportatrice française de vins dans le monde et la seconde en Chine. La région est dans le top 5 des destinations préférées des chinois.
Carole Delga : soyez gourmands de nos produits
En pointant l’importance de l’agriculture dans l’économie de la région, Carole Delga a mis l’accent sur les 250 produits positionnés sous signe de qualité, sur le sol et le littoral de notre région. Ces produits représentent le meilleur que la terre produit par le travail quotidien de tous ceux qui contribuent à nous nourrir, en respectant la nature. Ces produits forgent l’identité de notre territoire et contribuent à asseoir sa notoriété au niveau national et international. Ainsi, forte de ses 1900 producteurs et de ses 9000 produits, la marque Sud de France porte les couleurs de la Région à l’Export avec ses maisons de Région. Carole Delga a aussi annoncé la tenue le 23 février 2017 des 1eres Assises régionales de l’enseignement agricole ; l’objectif étant de mettre en adéquation les projets des établissements agricoles avec les spécificités de l’agriculture régionale et de ses territoires. Une plateforme internet permet aux 2000 acteurs de l’enseignement agricole de participer à des ateliers préparatoires à ces assises. Carole Delga a aussi déclaré qu’en raison du principe de précaution, il avait été décidé en raison de l’épidémie d’influenza aviaire, de ne pas présenter d’exposition de volailles et de palmipèdes. Le SISQA fait une pace importante à la pédagogie car ce ne sont pas moins de 5000 enfants qui auront découvert le salon, en insistant sur la saisonnalité des produits. Tout en développant l’agro-écologie, il faut aussi lutter contre le vieillissement des exploitants en permettant une plus grande facilité de transmission des exploitations et des outils de production. Carole Delga a souligné ensuite l’effort très important fait sur la recherche et l’innovation avec le pôle de Agrosud et Qualiméditerranée, basé à Montpellier et le pôle de recherche agronomique de Toulouse avec l’INRA, l’ENSAT, l’Ecole vétérinaire. Pour finir, Carole Delga a encouragé à cultiver le bon goût local : « Soyez gourmands de nos produits ».
Pascal Mailhos : promouvoir le carré magique
Pascal Mailhos, préfet de région, a repris la tonalité dynamique amorcée par Carole Delga, autour de trois idées : tout d’abord, la fusion des deux anciennes régions nous place au 4ème rang des régions à égalité avec l’Aquitaine ; en 2022, avec une croissance de 50 000 habitants par an, soit une ville comme Albi ou comme Narbonne, nous serons au 3ème rang derrière l’Ile de France et la Région ARA- Auvergne Rhône Alpes ; il faudra loger, nourrir et abreuver ces nouvelles populations. Le 2e point est la place de l’agro-agriculture : c’est la 1ère activité de la région, avant même l’Aérospatiale; c’est de plus une activité répartie sur tout le territoire ; il nous appartient d’accroître la qualité de ce secteur agro-alimentaire en développant celle des différents filières viticole, laitière, etc., en les structurant mieux ; il s’agit d’amener de la valeur ajoutée à nos productions ; or la valeur ajoutée, c’est ce qui fait le prix, la richesse de nos produits. Le 3e point est le carré magique constitué par le secteur agro-alimentaire, la très forte innovation opérée dans ce domaine, le tourisme et le patrimoine. « Si nous développons l’activité de ces 4 segments, notre région verra sa place consolidée au niveau national ».
Pierre-Jean Arnaud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *