Sivens: appel au calme de Maryline Lherm

Marche du Gers 30 e edition 7 juin 2014 128

SIVENS : Le Maire de Lisle-sur-Tarn en appelle au calme

Communiqué presse Maire de Lisle-sur-Tarn 2 septembre 2014

Les multiples appels à l’apaisement et au respect de la loi lancés par le Président du Conseil Général ne semblent malheureusement pas avoir été entendus par les opposants au projet d’aménagement de la retenue de Sivens. Tout au moins par certains d’entre eux, à l’évidence les plus virulents.
Les craintes de débordement sont aujourd’hui d’autant plus vives que les travaux viennent de commencer. La tension sur place est palpable et les riverains sont excédés par les agissements d’individus violents, cagoulés et armés.
C’est donc un appel au calme et à la raison que lance à son tour Mme le Maire de Lisle-sur-Tarn. Appel qui concerne bien évidemment, et en premier lieu, les opposants afin qu’ils mettent un terme à ces actions. Mais un appel qui s’adresse aussi à la population locale qui, comme le confirme le sentiment de ras-le-bol général, est fatiguée des nuisances et agressions subies depuis plusieurs mois. Celle-ci ne doit pas se laisser entraîner à d’éventuels actes répréhensibles.
Chaque citoyen, quelle que soit son opinion sur un projet, se doit de respecter les décisions prises en bonne et due forme et de n’utiliser que les moyens légaux à sa disposition pour manifester, s’il le souhaite, sa désapprobation. Il convient toutefois de rappeler que, dans le cas d’espèce, les habitants des communes concernées se sont exprimés par écrit ou oralement dans le cadre de l’Enquête Publique, et cela de manière majoritairement favorable.
Au-delà des heurts, au demeurant inadmissibles, entre une poignée d’opposants et les forces de l’ordre auxquels nous venons d’assister, il n’y aurait rien de plus dommageable qu’un projet dont l’utilité publique a été reconnue à tous les niveaux, sème le chaos. De toute évidence, et la rumeur locale s’en fait l’écho, les lislois souhaitent qu’il soit mis fin au plus tôt à ces actions violentes et occupations illégales.

5 réflexions sur « Sivens: appel au calme de Maryline Lherm »

  1. PLANCHETTE

    Honte à vous, Mme le Maire,

    Autant débattre sur le fond du projet serait une vraie bonne nouvelle, autant un communiqué tel que celui ci n’a aucun interet.
    J’étais sur la zone aujourd’hui, je suis un pacifiste convaincu et je peux vous assurer que 95% des gens présents aujourd’hui sont eux aussi des non violents!

    Venez passer une heure sur le campement de la bouillonante et rencontrer ceux sur qui vous cracher sans même les connaitre. Aujourd’hui la violence était ailleurs, du coté des forces de l' »ordre », insultes constantes de la part des gendarmes mobiles, tirs tendus de lacrymogène à hauteur d’hommes (j’ai vu au moins deux jeunes femmes frappées en plein ventre par ses tirs de lacrymogène, une au moins a du être évacuée sur un civière), tir de flashballs destinés à blesser (quand on vise la tête des gens, c’est que l’on VEUT causer des blessures!), personnes pacifistes molestées alors qu’elles sont au sol et tiré par les cheveux sur plusieurs dizaines de mètres. j’ai vu des arbres tombés à quelques mètres de militants tout aussi pacifistes….. Est ce cela votre vision démocratique et légaliste?
    Alors oui une minorité de Zadistes est violente, cette violence n’est pour moi qu’une réponse à la violence militaire que VOUS cautionnez!

    Vous nous parler de légalité : où est cette légalité quand vous et vos amis du conseil général prenait la décision de commencer les travaux alors que les recours en justice n’ont même pas encore été examinés?

    Où est la légalité, quand les gendarmes mobiles tentent d’expulser le camp des bouilles alors que la procédure LEGALE d’expulsion n’est pas encore terminé?

    Où est la légalité et la moralité de faire passer un tel projet et de refuser tout débat public et contradictoire avec les opposants?

    Sachez Mme le Maire que tous les évenements qui se sont produits aujourd’hui ont été documentés que cela soit par des vidéos ou des photos, sachez Mme le Maire que le procureur de la république d’Albi va être saisi pour de nombreuses irrégularités et ILLEGALITES sur ce qui se passe encore en ce moment dans la vallée du Testet.

    De plus :
    Je vous rappelle que, dans ce projet, la CACG (Compagnie d’Aménagement des Coteaux de
    Gascogne) est dans une situation de conflit d’intérêts car elle est à la fois : bureau d’études,
    concessionnaire pour la maîtrise d’ouvrage, maître d’oeuvre, futur exploitant potentiel et vendeur de
    matériel d’irrigation. C’est pourquoi la CACG, rémunérée au pourcentage du budget total (100% sur
    fonds publics) a eu tout intérêt à proposer à ces mêmes pouvoirs publics un projet surdimensionné,
    et sur un site géologiquement inadapté, ces choix ayant pour seule finalité logique d’augmenter le
    coût total de réalisation. La légalité est elle respectée une nouvelle fois?

    je m’étonne que plusieurs des principaux promoteurs du projet soient à la fois élus au
    Conseil Général, du Tarn ou du Gers, membres de la CAGC, et membre de l’Agence de l’Eau Adour
    Garonne, qui est financeur du projet à 50%.
    M. Francis DAGUZAN est Président de la CACG, vice-Président du Conseil Général du Gers,
    représentant de ce département, et membre du conseil d’administration de l’Agence de l’Eau Adour
    Garonne, financeur du projet.
    M. Alain VILLOCEL est Directeur Général de la CACG et vice-Président de la commission «
    Programme, finances et évaluation » de l’Agence de l’eau Adour Garonne, financeur du projet.
    M. André CABOT, est membre du conseil d’administration de la CACG, où il représente le
    département du Tarn. Il est aussi :
    °Conseiller Général du Tarn et porteur de projet de retenue de Sivens au Conseil Général,
    rapporteur pour la «commission permanente du projet de retenue de Sivens sur le Tescou –
    Déclaration de projet et demande d’autorisation au titre de la loi sur l’eau et de déclaration d’utilité
    publique du projet »
    °Membre du conseil d’administration de l’Agence de l’eau Adour Garonne et vice-Président de la
    commission des interventions (qui examine les dossiers de demandes d’aides pour lesquels elle
    formule un avis).
    °Membre du CODERST (Conseil Départemental de l’Environnement et des Risques Sanitaires)
    Sachant que la CACG est actuellement confrontée à une baisse d’activités, et qu’elle aurait besoin de
    nouveaux financements publics, quelle est la légitimité de ces personnes pour débattre de l’intérêt général de ce projet. Les citoyens n’acceptent pas que le Conseil Général serve de faire valoir à la CACG.

    Honte à vous et vos camarades du conseil général de cautionner de tels actes.

    Un citoyen engagé, pacifiste et opposant à ce projet dont l’utilité reste tout de même fortement soumis à interrogations….

    Répondre
  2. PLANCHETTE

    Etonnant toujours pas de réponses sur le fond du dossier (ni sur la forme d’ailleurs)

    Nouvelle question Mme La Maire : Où est le document autorisant le déboisement (voir code forestier)? Quand les associations cherchent ce document aucune trace nulle part… Nonnnnnn pas possible, encore un passage en force et ILLEGAL????

    J’ai honte pour vous….

    Répondre
  3. Odette

    Bien vu, Planchette !
    Je ne suis ni de droite, ni de gauche, ni de leurs extrêmes. Mais comme beaucoup de concitoyens le monde des élus et gouvernants en arrive à me donner des nausées ; c’est une monde en passe de devenir une zone de NON-DROITS. C’est honteux et scandaleux ! Les élus sont de moins en moins crédibles sur leurs intentions de servir la République (res publica, la chose publique), ils sont avant tout à leur poste pour défendre des intérêts souvent peu avouables, l’affaire de Sivens en est l’exemple. Alors la leçon de morale de Mme la maire de Lisle-sur-Tarn est plutôt déplacée… surtout lorsque, par ailleurs, elle fait de l’incitation à la violence en bande organisée au cours de réunions « clandestines » qu’elle organise.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.