Concert intemporel de Loriane Llorca

concert orgue Tlse Loriane Llorca 1 fev 2015 (1) concert orgue Tlse Loriane Llorca 1 fev 2015 (2) concert orgue Tlse Loriane Llorca 1 fev 2015 (3) concert orgue Tlse Loriane Llorca 1 fev 2015 (4)

Concert intemporel  de Loriane Llorca

C’était le dimanche 1er février à Toulouse dans la chapelle Sainte Claire de l’Institut Catholique qu’a eu lieu un concert d’orgue éblouissant donné par la jeune interprète Loriane Llorca. En préambule, Stéphane Bois, organiste titulaire de la cathédrale Saint-Etienne de Toulouse jusqu’en 2004, et titulaire du grand orgue Link de la cathédrale de Mirepoix, a présenté le concert joué par Loriane Llorca sur l’orgue Gérard Bancells de l’Institut catholique, devant un public de connaisseurs et de mélomanes avertis.

Un cursus déjà prometteur

La notice du programme indique:  » Toute jeune, Loriane débute ses études musicales au Conservatoire de Pau pour le piano, puis l’orgue avec Jesus Martin Moro. Elle étudie aujourd’hui l’orgue dans la classe de Stéphane Bois. Michel Bouvard et Jan Willem Jansen ainsi que le piano forte avec Yasuko Uyama Bouvard au Conservatoire à Rayonnement Régional de Toulouse. Loriane est également titulaire d’une licence de musicologie à la Sorbonne. A l’aube d’une carrière prometteuse, elle allie ainsi pratique et théorie, complémentarité indispensable pour cette jeune musicienne qui parfait sa formation dans les classes d’écriture musicale, d’analyse et de musique de chambre. Passionnée par le répertoire romantique et symphonique mais aussi la musique écrite pour orgue aux XX et XXI siècles, elle ne délaisse pas pour autant les auteurs de musique ancienne témoignant ainsi d’un éclectisme maîtrisé. Elle s’associe volontiers lors de concerts à des solistes, qu’il s’agisse de chanteurs ou d’instrumentistes qu’elle accompagne avec bonheur. « 

Un engagement fort au service d’un programme éclectique: du romantisme aux chefs-d’oeuvre de Bach

Ce qui frappe tout d’abord chez Loriane Llorca, c’est son engagement. On dit que la musique se donne d’abord à écouter; mais à l’orgue de l’Institut Catholique, c’est autant un spectacle visuel qu’acoustique que Loriane nous a donnés tellement elle vivait la musique qu’elle interprétait. En préambule, l’Allegro Maestoso de la 3ème symphonie de Louis Vierne nous introduit dans un monde marqué par le romantisme et une certaine grandiloquence. C’est l’occasion de mettre pleinement en valeur cet instrument sous la puissance des jeux. Un style beaucoup plus intimiste avec le choral Herzlich tut mich verlangen de JS Bach, qui se poursuit avec la sonate en trio n°4 en mi mineur BWV 528, avec un subtil jeu à la pédale. Le  caractère intimiste se poursuit avec le choral  O Welt, ich muss dich lassen  opus 122 n°3 de Johannes Brahms. Puis les sons de l’orgue éclatent à nouveau sous les doigts enflammés de Loriane LLorca avec la grande fugue en sol mineur de JS Bach et ses accords soutenus par un magnifique jeu au pédalier. Le style français classique est mis en relief avec la Tierce en taille de la Suite du 2ème ton de jean Adam Guilain. L’Allegro de la 6ème symphonie de Charles-Marie Widor permet  en un véritable feu d’artifice final à Loriane Llorca d’exprimer tous ses talents et de donner toute la palette sonore de l’orgue de la chapelle Ste Anne.  Le public ne s’y est pas trompé qui a chaleureusement encouragé cette jeune virtuose qui devait passer le Concours d’entrée au Conservatoire supérieur de musique de Paris. Pour nous, ce fut un examen de passage des plus concluants et des plus réussis. Fluidité, souplesse, richesse expressive, tempérament, Loriane Llorca a tous les atouts pour entamer une carrière d’organiste, Elle nous paraît promise à un brillant avenir.

Pierre-Jean Arnaud-10 avril 2015

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *