Egypte: stop aux massacres de chrétiens

Arrêtons les massacres de chrétiens en Egypte et en terre d’Islam

Le drapeau noir d’Al Qaïda flotte sur les églises d’Egypte

BRmDegHCYAAiv7p-550x366BRnbfLWCcAAENRV
« Le Sheikh Yusuf al-Qaradawi, un des principaux prédicateurs du monde islamique et père spirituel des Frères musulmans, a donné son cachet d’approbation officielle pour la persécution des chrétiens. Il a récemment posté une vidéo en disant que « les chrétiens » et d’autres « ont été recrutés [par les militaires] pour tuer des musulmans innocents.
Comme prévu, toutes ces provocations contre les Coptes émises par plusieurs dirigeants islamistes ont permis la montée en puissance de la haine anti-chrétienne. Et partout en Egypte, à Minya, Assiot, Sohag, les chrétiens et les églises sont attaqués, les maisons sont souillées, les entreprises incendiées. Les services et les prières se font en cachette.

Personne ne souffre plus qu’eux
La situation est devenue si désastreuse que Ibrahim Eissa, un journaliste égyptien populaire et personnalité de la télévision, apparemment incapable de garder le silence sur le sort des coptes, a déclaré récemment à la télévision en direct: «Les chrétiens ont souffert en Egypte, au cours de deux ans et ans et demi qui viennent de passer. Leurs églises ont été incendiées, leurs enfants tués. Il y a eu un massacre à Maspero où plusieurs coptes ont été tués. Des fatwas catastrophiques [édits religieux] sont apparus, les qualifiant de mécréants et incitant à la violence contre eux. Personne ne souffre plus qu’eux. »
Avec l’éviction de Muhammad Morsi, les islamistes égyptiens ont finalement obtenu le prétexte dont ils avaient besoin pour nettoyer le pays de sa minorité chrétienne, les Coptes – ironiquement, enfant du pays d’Egypte. Mais bon, comme ce ne sont pas des Juifs qui font souffrir les Coptes, aucune chance que les médias occidentaux n’en parlent… »

Source photos : Weaselzippers.us

source texte: Par Ramy Menash – JSSNews 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.