Gaillac: Portes ouvertes Essor maraîcher

Essor maraicher Gaillac 4 juillet 2014 049 Essor maraicher Gaillac 4 juillet 2014 048 Essor maraicher Gaillac 4 juillet 2014 047 Essor maraicher Gaillac 4 juillet 2014 046 Essor maraicher Gaillac 4 juillet 2014 039 Essor maraicher Gaillac 4 juillet 2014 030 Essor maraicher Gaillac 4 juillet 2014 029 Essor maraicher Gaillac 4 juillet 2014 028 Essor maraicher Gaillac 4 juillet 2014 026 Essor maraicher Gaillac 4 juillet 2014 024 Essor maraicher Gaillac 4 juillet 2014 021 Essor maraicher Gaillac 4 juillet 2014 020 Essor maraicher Gaillac 4 juillet 2014 019 Essor maraicher Gaillac 4 juillet 2014 014 Essor maraicher Gaillac 4 juillet 2014 013 Essor maraicher Gaillac 4 juillet 2014 012 Essor maraicher Gaillac 4 juillet 2014 011 Essor maraicher Gaillac 4 juillet 2014 010 Essor maraicher Gaillac 4 juillet 2014 009 Essor maraicher Gaillac 4 juillet 2014 008 Essor maraicher Gaillac 4 juillet 2014 007 Essor maraicher Gaillac 4 juillet 2014 006

Gaillac : Portes ouvertes à l’Essor maraîcher le 4 juillet 2014

Isadora Danjau : une maraîchère enthousiaste et passionnée 

Lors de la journée Portes ouvertes du 4 juillet à l’Essor maraîcher de Gaillac, les jardiniers installés sur le site ont présenté le projet de couveuse maraîchère soutenu par la Communauté de communes de Tarn et Dadou.

8 serres pour 4 maraîchers

Isadora Danjau est une guide passionnée. Elle  passe en revue pour un petit groupe de participants aux Portes ouvertes,  les locaux de l’Essor maraîcher : chambre froide, chambre tempérée, station de lavage, entrepôt de matériel, dont 2 tracteurs de 45 CV et de 65 CV, plus des outils de labourage, sarclage. Elle explique les termes de sa participation à la couveuse maraîchère : « Nous payons à l’Essor un droit d’entrée et une participation aux charges. Nous avons un projet d’installation en lien avec un viticulteur de Montans, d’ici à septembre… : 1200 m 2, 3 serres, 1,5 ha en plein champ ; il est déjà en bio. Ici à l’Essor,  nous fonctionnons  avec un cahier d’entraide ; nous avons 8 serres soit 2 par maraîcher. Il existe aussi à la ZIR de Mas de Rest, une partie plein champ de 8 ha, qui passera en bio en février. Sur les 4 maraîchers actuels, il y a deux  couples, 1 célibataire : Jonathan. Quant à Sandrine, elle est déjà partie s’installer  vers St-Juéry, chez ses parents en mai 2014. Deux nouveaux entrants arriveront à la rentrée en octobre, novembre prochain. Nous sommes aidés dans notre travail technique et de gestion par la chambre d’agriculture, par une comptable de Brens-Inéopole. »

Quels débouchés ?

Trois types de débouchés commerciaux existent : les AMAP, les marchés, les magasins bio centre ville Albi, magasin bio Nathur bio à Gaillac, avenue Dom Vayssette près du parc Foucaud. Quant au circuit des cantines, il sont à l’étude avec l’aide de  Tarn et Dadou. « Jonathan et Sébastien fournissent à Innopole  à Brens ».

Visite des serres : une recherche poussée sur les formes, goûts et mes couleurs

Isadora montre les bâches posées sur le sol : « Elles sont utilisées pour asphyxier les mauvaises herbes ; le tissé est aussi apprécié car il permet au sol de respirer et de garder l’humidité. Le sorgho  est un engrais vert qui donne des matières organiques ; cela enrichit le sol de manière naturelle.  Nous avons perdu 200 pieds de concombres et de courgettes, à cause d’une invasion de pucerons. Pour les légumes, nous diversifions  au maximum les formes, les goûts et les couleurs ; avant nous étions cuisiniers ;  les tomates, cela fait  15 jours qu’elles donnent. Les œillets d’Inde éloignent les insectes. Nous avons aussi  en mars semé  sous serre des pommes de terre ; ramassées en primeur, elles étaient délicieuses.  Nous avons planté  400 pieds de tomates dont les cornues des Andes, les budaï torpe. Il y a des courges et des poireaux. Avec les courges récoltées en octobre, on peut faire des soupes,  des confitures,  et du mesturet. Les choux ont souffert cette année. Pour l’arrosage, nous  avons deux puits : un dans la zone de  8 ha  et un ici aux serres. Nous avons aussi des melons ; ce sont des melons charentais. Quant aux haricots verts, ils donnent toujours autant de plaisir quand ils arrivent sur la table en début de saison ».

Sébastien Régnier : un ancien du 93 amoureux de la région Midi-Pyrénées

Après 10 ans de social derrière lui et d’encadrement d’enfants, ce nouveau jardinier enthousiaste est installé depuis 6 mois sur Gaillac. Sébastien avoue un faible pour son nouveau métier et particulièrement pour la région. Il se verrait bien installé dans une zone qui part du Tarn à l’Aveyron et pourquoi pas en Ariège. Cela d’autant plus que sa petite famille est en train de se construire.

Sandrine Miot : « J’ai migré pour la vallée du Tarn à Longouyrou »

Autre cas de réussite, Sandrine Miot. Après avoir fait ses classes à la couveuse de l’Essor entre avril 2013 à juin 2014, elle vient de mettre en culture une parcelle de 1,3 ha entre Arthez et Ambialet.

Pierre-Jean Arnaud-7 juillet 2014

NB : Les paniers AMAP sur Graulhet : 3 types de paniers de légumes,  hebdomadaires sont proposés à 7, 11 ou 15€ ; les partenaires s’engagent pour une durée de 6 mois.  Le lieu de livraison est à l’Ibère Familier, le mardi  entre 18h et 19h.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *