Inauguration pôle formation santé

2015-09-16 Inaug pole sante Toulouse  (2) 2015-09-16 Inaug pole sante Toulouse  (5) 2015-09-16 Inaug pole sante Toulouse  (7) 2015-09-16 Inaug pole sante Toulouse  (10) 2015-09-16 Inaug pole sante Toulouse  (11) 2015-09-16 Inaug pole sante Toulouse  (12) 2015-09-16 Inaug pole sante Toulouse  (13) 2015-09-16 Inaug pole sante Toulouse  (15) 2015-09-16 Inaug pole sante Toulouse  (16) 2015-09-16 Inaug pole sante Toulouse  (17) 2015-09-16 Inaug pole sante Toulouse  (18) 2015-09-16 Inaug pole sante Toulouse  (19) 2015-09-16 Inaug pole sante Toulouse  (20) 2015-09-16 Inaug pole sante Toulouse  (23) 2015-09-16 Inaug pole sante Toulouse  (24) 2015-09-16 Inaug pole sante Toulouse  (25) 2015-09-16 Inaug pole sante Toulouse  (26) 2015-09-16 Inaug pole sante Toulouse  (30) 2015-09-16 Inaug pole sante Toulouse  (31) 2015-09-16 Inaug pole sante Toulouse  (32) 2015-09-16 Inaug pole sante Toulouse  (40) 2015-09-16 Inaug pole sante Toulouse  (48)

Toulouse: Inauguration pôle régional formation santé
Le pôle régional d’enseignement et de formation de la Cartoucherie a été inauguré le mardi 16 septembre 2015. Après la coupure du ruban et une visite complète des locaux situés au numéro 74 voie du TOEC, les invités, élus, professionnels et journalistes se sont retrouvés pour l’exercice traditionnel des discours.
Un équipement exceptionnel dans un quartier émergent
Jacques Léglise, directeur du CHU de Toulouse, a insisté sur le très bon classement des hôpitaux de la ville au niveau national et engagé chacun des acteurs à l’ouverture et à l’innovation. Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse, a souhaité que cet équipement exceptionnel pour la formation participe à l’émergence équilibrée de ce nouveau quartier, entre logements, immeubles de bureaux. Martin Malvy, président de la Région Midi-Pyrénées, a salué la présence du professeur Louis Lareng, créateur du SAMU31 ; il a pointé l’effort effectué sur la formation à distance et sur les nouveaux lieux récemment construits ou aménagés : Castres, Cahors, Millau, Figeac, Saint-Gaudens.
Le pôle régional de formation (PREFMS) en quelques mots et chiffres
C’est un grand pôle régional et universitaire d’enseignement en santé. Il regroupe 12 écoles et instituts de formation aux métiers de la santé du CHU de Toulouse. Il permet d’assurer « un continuum entre formation initiale et formation continue ».
Quelques chiffres :
1500 professionnels de soins diplômés en Midi-Pyrénées
600 professionnels de soins diplômés dans les écoles et les instituts du CHU de Toulouse
12 écoles et instituts de formation
2000 étudiants
12000 m2 et 950 places dans 3 amphithéâtres
1 centre de ressources documentaires et 15000 références
La Cartoucherie : 3000 logements, 10000 m2 de commerces, 90000 m2 d’activités tertiaires, plus de 200 emplois
Investissement PREFMS : 36,5 M euros dont 50% Région ; 50% CHU ; cession de 3,1 M euros de terrain par la ville de Toulouse.
Ils ont dit :
Jacques Léglise : « C’est avec joie et fierté que je participe à l’inauguration de ce site exceptionnel et pôle d’excellence. Il s’agit de nourrir ce cercle vertueux d’excellence selon trois axes : la performance des équipements, le développement de la recherche, la formation. Dans le classement national des hôpitaux, Toulouse se situe depuis quelques années dans le haut du tableau. L’Institut universitaire du Cancer a vu le jour ; celui du Cardiomet aussi ; cinq instituts seront ainsi créés d’ici à 2018. Cette position d’excellence se poursuivra si on respecte certains impératifs : en maintenant le lien étroit entre formation et terrain, en favorisant l’innovation avec de nouveaux cursus de spécialités, en en décloisonnant les filières, en développant l’expérimentation et la recherche en pédagogie, en mobilisant les étudiants pour une nécessaire évolution du Prendre soin. En conclusion, ce centre est le plus bel outil d’ensemble de santé en France ».
Jean-Luc Moudenc : « Je ne cache pas mon admiration devant une telle réalisation, depuis la définition du projet jusqu’à sa mise en place. Toulouse est en tête du classement des hôpitaux depuis 20 ans. On assiste à un développement de la démographie de notre région : + 13 000 habitants par an. Toulouse et Montpellier détiennent le record de croissance de notre pays. Nous sommes parmi les meilleurs mais il ne faut pas s’en contenter. Je veux saluer cet engagement de tous les professionnels pour une offre de formation de qualité. L’investissement global s’élève à 36,5 M d’euros pour un bloc de compétences regroupant 12 écoles et instituts. C’est dans ce contexte d’excellence qu’a eu lieu en juillet 2015 la première greffe de rein robotisée par voie intra-vaginale. Il faut aussi souligner qu’un nouveau quartier est en train de naître, avec le renouvellement de toute cette zone de la Cartoucherie, avec le tramway. Il s’agit de concilier de manière harmonieuse et équilibrée la présence de logements, celle des bureaux, celle des équipements dont la formation. »
Martin Malvy : « Je salue la présence de la communauté scientifique et du professeur Louis Lareng. Avec cette inauguration, ce sera pour moi un des derniers rubans que je vais couper. La loi a transféré la formation santé à la Région. Il a fallu pallier en urgence les défauts de sécurité de l’ancienne école d’infirmières ; il pleuvait dans l’amphithéâtre. Il y a eu aussi le transfert des trains à la Région ; « les quais sont trop courts », était-il remarqué. Il y a eu aussi le transfert des lycées ; on a rénové Fermat, Saint-Sernin, construit de nouveaux lycées. Il faut aussi parler du contrat Etat-région qui va mobiliser 250 M d’euros dont 70 % pour Toulouse et 30 % pour l’extérieur de Toulouse. L’université Jean-Jaurès du Mirail a été rénovée ; celle de Paul Sabatier doit suivre (60 M euros). 10 villes universitaires rayonnent autour de Toulouse, pour lesquelles on a un taux de boursiers supérieur de 20% à celui de la métropole toulousaine. Je siège au Conseil des Charges ; nous veillons à la maîtrise des dépenses de fonctionnement malgré l’augmentation démographique qui atteint les 30 000 habitants par an si on ajoute les deux régions. En 2009, on a porté le quota des élèves infirmiers de première année à un nombre supérieur : +172 en et +150 en 2012, soit 1184 au total pour les 1ere année. Il faut aussi faire un effort sur la formation à distance. On a reconstruit Pamiers, Millau ; on a agrandi Castres, Mazamet, Cahors, le Bon Sauveur à Albi, Tarbes. Cela continuera avec Figeac, Saint-Gaudens. On aura un seul IFSI à Champollion. D’ici à 2018, l’IFSI sera reconstruit à Montauban. »
Pierre-Jean Arnaud-1er octobre 2015.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *