Montans: oppida et nécropoles

Montans : voyage tarnais à l’âge du bronze et à celui du fer

Les traces tarnaises d’occupation humaine pour la période de l’âge du bronze à l’âge du fer ont été répertoriées par les archéologues et chercheurs en histoire de l’art depuis la fin du XVIIIe siècle. Les résultats de ces recherches ont été présentés lors d’une conférence organisée à l’Archéosite de Montans. La conférencière, Jeannie Cadeilhan, a structuré son intervention autour des deux thèmes des oppida et des nécropoles à incinération. En introduction, elle a donné la chronologie de ces périodes anciennes en donnant un bref aperçu géographique des ressources minières du département. Pour ce qui est de la chronologie, l’âge du bronze part de -2200 jusqu’en – 800 avant J.C. L’âge du fer lui succède pour se terminer en – 52 lors de la conquête de la Gaule par Jules César. Pour ce qui est des ressources en métaux, elles sont concentrées dans quelques points du département : cuivre à Carmaux, fer à Montredon, divers à Roquecourbe et en Montagne noire.

Bref aperçu des objets métalliques

 En ce qui concerne les vestiges du bronze ancien, ils proviennent pour les objets isolés, des vallées du Tarn, de l’Agout et du Dadou, de Giroussens (1 hache) et des monts de Lacaune. Au bronze moyen sont rattachés 1 poignard à Montans, 4 haches de Castanet, 1 poignard de Mézens, du bronze final, des haches de Sainte-Croix, 1 pointe de lance de Couffouleux, 1 épée à Albi, 1 bracelet à Alban.

Une continuité d’occupation humaine entre bronze final et fer

La période du bronze final à la première époque du fer montre une continuité dans les lieux d’occupation, dans les secteurs du Lautrécois, de Castres, de Puylaurens, la Moyenne vallée du Tarn et  du Nord-ouest du  département. Ces occupations se traduisent par la présence d’une part d’oppida comme à Pech Aguze en Grésigne, Cordouls (Puylaurens), Berniquaut ( Sorèze), Montans et d’autre part de nécropoles à incinération comme  à St Sulpice, Gourjade et Martinet (Castres), sur le Causse (1500 tombes),  Ste-Eulalie et Orcière (Puylaurens), Mondi (Algans, Camp de Pigasso (Rabastens). Parmi les objets retrouvés dans ces tombes, des éléments de parure (bracelets, torque, épingles), des rasoirs, des armes et des éléments de harnachement. Bref un passionnant voyage dans la protohistoire tarnaise, à compléter par la lecture de l’Atlas archéologique de Montans.

Pierre-Jean Arnaud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *