Sécurité routière:1 témoin poignant

 

Tarn : sécurite routière – le témoignage poignant d’un motard rescapé

Source: lettre préfecture sécurité routière

Un espace public collectif à respecter : la route

« Professionnel de santé depuis plus de 25 ans, initialement comme militaire, au bloc opératoire, et par la suite au SMUR, je suis également une victime de la route. Motard passionné, épris de liberté, j’ai eu deux très graves accidents. Cependant, je me considère comme un rescapé chanceux car je suis toujours sur mes deux jambes. Les conducteurs de deux roues sont des usagers de la route différents des autres. Tous usages et tous âges confondus, les deux roues représentent en France globalement un tiers des tués de la route. Bien trop souvent, ils ont l’image d’irresponsables dangereux. Ce stéréotype a la peau dure, peut-être parce qu’il facilite la déculpabilisation de certains actes que je qualifierai d’incivilités de conduite au volant d’une voiture, actes qui aboutissent parfois à des situations dramatiques pour le conducteur d’un deux-roues, particulièrement vulnérable.

Négligences ou individualisme ?

Ces « petites erreurs » de conduite en voiture, qualifiées d’incivilités et de négligences par les conducteurs, sont cependant considérées par le code de la route comme des infractions. Faute de preuves, les assureurs des motards en déduiront « un manque de maitrise du deux-roues ». Au regard de la fragilité des personnes circulant en deux roues, ils peuvent avoir des conséquences lourdes. Personnellement, le processus de reconstruction, de rééducation et de réhabilitation suite à mes accidents a volé quatre ans de ma vie. La liste de ces petites négligences de la part des automobilistes est longue et non exhaustive : pas de clignotant au changement de direction, ouverture d’une portière sans vérification, utilisation intempestive des feux de détresse, absence de regard dans l’angle mort, stationnement en contre sens, usage du téléphone… Lorsqu’un accident survient à cause de ces incivilités, il peut avoir des conséquences très lourdes pour le conducteur du deux-roues: impacts physique, psychique, familial, social, professionnel et même sur la vie de couple et son intimité. La route appartient à tous. En cette année 2017, apprenons à penser collectivement aux autres. » Jean-Marie JOAO – infirmier-anesthésiste DE et motard – bénévole pour la sécurité routière.

Bilan plutôt satisfaisant de l’année 2016 

Malgré un mois de décembre plus difficile, l’année 2016 se termine avec un bilan plutôt satisfaisant en fin 2016. Tous les indicateurs sont au vert par rapport à l’année 2015. Nombre d’accidents : 124 contre 152 ; nombre de tués : 22 contre 31 ; nombre de blessés : 161 contre 202; nombre de blessés graves : 124 contre 142. Vitesse, alcool, stupéfiants demeurent les principales causes des accidents.

Le concours d’affiche « sécurité routière »

A signaler une initiative intéressante, le concours d’affiches   «Crée ton affiche Sécurité Routière », organisé par le syndicat des pharmaciens, les Laboratoires Fabre, le  Conseil départemental, la Chambre de commerce et d’industrie, Harmonie mutuelle, la préfecture-DDT. La remise des prix a eu lieu le 14 décembre 2016 à la préfecture d’Albi. Les 7 jeunes lauréats ont vu leur affiche récompensée avec de nombreux lots, parmi les 47 affiches sélectionnées. Les affiches primées seront « les vecteurs de messages de prévention lors des actions à destination des autres jeunes ».

Le palmarès 2016 des radars

Le Fraysse : 14 190 ; Cunnac : 12 792 ; Lescure vers Carmaux : 8 513 ; Maurens-Scopont : 6 736 ; Puygouzon : 6 261 ; St Lieux les Lavaur : 5 329 ; Saint-Germier: 5082 ; Lempaut : 5 023.

Pierre-Jean Arnaud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *