St Antonin: F Mauriès bâtisseur en bois

Frederic Mauries batisseur de maisons en bois

Saint-Antonin de Lacalm : Frédéric Mauriès, bâtisseur de maisons en bois.

Saint Antonin de Lacalm est un petit village de 250 habitants environ ; deux sites pittoresques à signaler, le barrage et la retenue de la Bancalié et les ruines du château de la Roque qui commandait l’accès d’un ancien moulin. C’est là que nous avons trouvé Frédéric Mauriès, constructeur de maisons en bois. Frédéric a choisi le statut d’auto-entrepreneur depuis un an et demi ; il y trouve son compte dans la mesure où ne voulant pas refuser de chantiers, son carnet de commandes se remplit essentiellement par le bouche à oreille. Son entreprise comporte trois personnes et il a en vue une quatrième personne. Il sous-traite tout ce qui concerne la plomberie.
Un travail à façon ou un produit en kit
Quand un client passe commande d’une maison en bois, il a le choix entre trois possibilités : la première, c’est une maison clés en main ; la seconde, c’est la solution du kit et la troisième, c’est la livraison d’un produit hors d’air et hors d’eau, le client se réservant tout le travail d’aménagement intérieur.
Le choix du bois est primordial
Pour Frédéric Mauriès, le bois utilisé est primordial ; il s’agit du pin Douglas. Le choix est laissé à l’exploitant forestier et scieur dont l’entreprise se trouve à Villefranche d’Albigeois. Le bois est choisi sur pied dans les forêts du Nord de la France, en Alsace ou en Allemagne, ou sur le versant nord des Pyrénées. Il y a un moment pour l’abattre et toute une technique pour le sciage qui doit respecter la structure du bois. La charpente est traitée le moins possible ; le bardage est fait en résine de cuivre.
Ensuite, une avancée du toit d’un mètre minimum est indispensable pour permettre une résistance aux rayons ultraviolets et à l’humidité. Pour le pignon, du polycarbonate, matériau extrêmement résistant et translucide est utilisé.
Commandes insolites : une péniche en Hollande, roulottes et calèches de compétition
Il faut compter environ 125 000 € pour une maison de 100 m2 mais Frédéric Mauriès qui a une passion pour le bois, enregistre parfois des commandes insolites, telles cette construction nautique d’une péniche en Hollande qui l’a amené à quitter l’aire géographique tarnaise. Son savoir-faire est donc très diversifié et il peut même avoir à réaliser des roulottes ou calèches pour la compétition. Mais les relations qui s’instaurent entre cet auto-entrepreneur et ses clients vont au-delà du plan strictement commercial ; comme l’explique Frédéric Mauriès, « nos clients sont aussi nos amis. ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.