Tarn: Trifyl Horizon 2030

Trifyl : Projet Horizon 2030 pour rendre nos déchets utiles

Le premier Lego d’un projet industriel et écologique de traitement et de valorisation des déchets

C’est sur le site de Labessière-Candeil qu’a eu lieu ce lundi 18 octobre la pose de la 1ere pierre ou plutôt du 1er Lego du projet TRH2030, destiné à traiter, recycler et valoriser les déchets ménagers collectés sur un territoire interdépartemental. Un projet également producteur d’énergie verte puisque le biogaz produit (64 000 MWh) couvrira 10% des besoins en gaz du Tarn. Ce projet d’un montant de 150 m€ consacre la spécialisation des sites :

1) Le site de Labessière-Candeil accueillera 3 types de déchets : les biodéchets, les déchets résiduels et le tout-venant préparé en amont par l’usine de Blaye ; les biodéchets seront valorisés en compost et en biogaz destiné au réseau de gaz naturel ; les déchets résiduels et une partie du tout-venant seront valorisés en biogaz et en combustible de récupération pour la chaudière du site et autres installations.

2) Le site de Labruguière intègrera un centre de tri des collectes sélectives en application des nouvelles consignes de tri ; une plateforme de préparation des déchets verts du sud du territoire, une aire de réception et de pré-tri des encombrants. Le tri sera très mécanisé à 95% et les 5% restants feront l’objet d’un processus de tri en cabine par opérateur pour affiner la qualité des produits à recycler. Un centre de broyage et de criblage du déchet vert alimentera en sortie les chaudières Trifyl et les biodéchets du centre de Labessière-Candeil.

3) Le site de Blaye-Les-Mines sera le centre de tri et d’affinage du tout-venant ; il valorisera les encombrants des 36 déchèteries existantes en partie pour une valorisation matière ; le reste sera séparé en deux flux : production de combustible et enfouissement comme déchets ultimes.

Ils ont dit :

Christophe Ramond : Ce projet TRH2030 s’inscrit dans un plan global de qualité environnementale et de développement durable ; le Tarn veut rester exemplaire pour devenir un territoire à énergie positive ; les déchets recyclés à 80% deviendront de la valeur ajoutée. Le Tarn est bien engagé pour la production de l’énergie verte avec les bus à Hydrogène et aussi les autocars.

Carole Delga : Cette pose du 1er lego est l’occasion d’honorer Jean-Marc Pastor, un des pionniers de Trifyl. Conciliant écologie et économie, ce projet conjugue efforts individuels dans la pratique du tri et efforts collectifs. La Région développe et soutient l’écoconstruction, la filière bois, l’hydrogène vert, l’hydroélectrique avec l’éolien flottant, le 1er train à hydrogène Montréjeau à Luchon, l’avion électrique à 20 places prévu pour 2035 ; elle maintient son budget de recherche et développement.

Daniel Vialèle, président de Trifyl : A terme, avec Trifyl Horizon 2030, ce seront 80% de déchets valorisés, près de 50 emplois pérennes créés sur le territoire, la production de 10% des besoins du territoire en gaz et une maîtrise des coûts dans la durée pour chaque foyer du territoire. Fort de ses 4 piliers (prévenir, détourner, recycler et valoriser), Trifyl Horizon 2030 est plus que jamais un projet d’avenir tourné vers l’économie locale et circulaire.

Philippe Bonnecarrère, sénateur, souligne l’effet masse critique (450000 habitants) du projet qui met l’accent sur la production énergétique et souhaite un relais pédagogique des maires pour les coûts supplémentaires à expliquer.

Marie-Christine Verdier-Jouclas, députée, est intervenue pour que l’Etat soutienne les projets tarnais dans le cadre de France-Relance. Elle cite le partenariat avec Engie et avec Weishardt ; elle se félicite du choix d’entreprises locales pour favoriser l’économie circulaire.

Catherine Ferrié, préfète : a parlé de Trifyl comme pépite du département ; elle a salué le choix d’un projet ambitieux conciliant écologie et économie avec la séparation des tâches, la mécanisation du travail difficile ; elle a rappelé que le Département était la maille utile et pertinente pour des projets de cette ampleur à l’instar de l’électrification, de la numérisation et de la Fibre optique, ainsi que pour l’eau. La discipline  de chacun dans le tri est aussi une condition de la réussite de ce projet de politique publique auquel de nombreux acteurs contribuent, l’Etat amenant pour sa part 4,1 m€ avec l’ADEME.

Pierre-Jean Arnaud

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.