Albi: Hortis met la pression verte !

albi-cong-hortis-5-oct-2016-vis-jardins-50albi-cong-hortis-5-oct-2016-vis-jardins-53 albi-cong-hortis-5-oct-2016-vis-jardins-24 albi-cong-hortis-5-oct-2016-vis-jardins-23 albi-cong-hortis-5-oct-2016-vis-jardins-19 albi-cong-hortis-5-oct-2016-vis-jardins-18 albi-cong-hortis-5-oct-2016-vis-jardins-11

Albi; Hortis-World Urban Parks : 380 personnes réunies en congrès pour un maillage urbain vert

WUP et Hortis en congrès du 4 au 8 octobre au Grand théâtre des Cordeliers

Sur le site du grand Théâtre des Cordeliers, Albi a accueilli du 4 au 8 octobre  le colloque Hortis-WUP. WUP World Urban Parks, présidée par Anna Steidle  est une constellation réunissant 65 organisations dont universités, villes, fondations, associations, instituts de recherche tandis qu’Hortis, présidé par Jean-Pierre Gueneau,  comprend 600 membres les responsables espaces verts des collectivités territoriales. A ces deux organisations, s’étaient joints des partenaires comme les entreprises fournisseurs des parcs, jardins et d’aménagement urbain vert.

Albi, capitale de la biodiversité, attend la confirmation de sa 4ème fleur

Pierre-Marie Sennes, élu municipal et en charge des espaces verts et de l’aménagement urbain,  en accueillant les responsables de WUP et Hortis à l’occasion d’un point-presse, s’est dit flatté par la toute récente distinction 2016 d’Albi, capitale de biodiversité-ville moyenne ; elle consacre les efforts de  cette  ville pour à la fois maintenir, augmenter les espaces verts, les espaces nature et pour introduire le végétal et aussi l’agriculture  dans certaines zones comme Canevières, Innoprod. D’ailleurs, d’ici fin d’octobre, Albi saura si son label 4 fleurs sera renouvelé.

Replacer le végétal au cœur du développement urbain

Pour les congressistes, il est essentiel de freiner la perte de biodiversité constaté à l’échelle mondiale ; il s’agit à un moment où la population urbaine passera de 50 % à 70 % en 2050, replacer le végétal au cœur du développement urbain, comme outil de gestion, de planification de la ville et de  promouvoir des actions en matière de maillage vert. Il s’agit de définir des corridors de biodiversité continus ou discontinus. Le défi est de créer du lien social, dans un contexte de multifonctionnalité de l’espace urbain, tout en développant  la notion de service éco-systématique ; il s’agit de redonner au végétal sa fonction nourricière et de lien social, tout en préservant l’attractivité économique.

De Rochegude à La Berbie : une visite passionnante des Parcs et  Jardins de la ville

Le mercredi 5 octobre après-midi,  4 visites étaient programmées au cœur des plus beaux jardins  albigeois ; celles-ci ont été rendues possibles grâce au concours dévoué des responsables et des agents des espaces verts de la ville. Au Parc Rochegude, Christian Amiel présentait le jardin remarquable légué par l’amiral Rochegude avec ses 3,7 hectares comprenant 350 arbres dont 20 espèces de chênes, ses 2,5 km de haies de buis, taillées une fois par an.  Au Jardin National, Catherine Lagarde-Mazel décrivait les différentes phases du réaménagement urbain au centre-ville. Au Cloître de Saint Salvy, Guillaume Laval donnait un aperçu de la diversité potagère et médicinale du jardin, tandis que Marie-Eve Cortès menait les congressistes dans la collégiale pour une visite éclairée de cet édifice. C’est enfin Danièle Devyncq qui accueillait les congressistes au Palais de la Berbie, pour l’historique de ce palais épiscopal tandis que Jean-Marc Salacrou faisait partager le magnifique point de vue sur le Tarn et sur les jardins à la française de ce trésor vert albigeois.

Pierre-Jean Arnaud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *