Albi: nouveau pont sur le Séoux

Albi : Un nouveau pont sur le Séoux désenclave Rudel

Sécuriser et ouvrir les accès entre la ville et l’accès à la rocade

Inclus dans les 40 propositions du PDU de l’agglo d’Albi, les travaux d’élargissement du pont sur le Séoux à Albi ont démarré mi-juin pour une durée de 4 mois et demie. L’ancien pont trop étroit est remplacé par un nouvel ouvrage plus large permettant une circulation plus aisée. La circulation sera déviée pendant la durée du chantier. Les aménagements prévus et le calendrier des travaux ont été présentés par Stéphanie Guiraud-Chaumeil, maire d’Albi et Delphine Deshaies-Galinié, vice-présidente déléguée à la voirie et au domaine public, de l’agglo du Grand Albigeois.

Stéphanie Guiraud-Chaumeil : désenclaver et faciliter la circulation

A la suite des 40 propositions du PDU, plan de déplacements urbains, cette opération s’inscrit dans un schéma global de désenclavement et de fluidification du transit des véhicules ; elle permettra à tous les usagers de la route de circuler plus aisément : piétons, deux-roues, camions, bus.

Delphine Deshaies-Galinié : un budget de 345 000 euros

345 keuros sont prévus pour le budget global dont  55  pour la voirie et 225 pour la démolition-reconstruction du pont. 6,15 méga euros ont été dépensés par l’agglo en 2016, sur 124 opérations. Parmi les opérations actuelles, on trouve celle du centre-bourg de Castelnau de Lévis.

Une visite guidée par Alexis Febrer, adjoint études et programmes travaux à l’agglo

Le chantier va consister au remplacement de l’ancien pont ; permettant la circulation des routiers et des piétons ; il aura fallu  2 ans de préparation, avec la maîtrise d’œuvre, les études de sol, les autorisations (lois sur l’eau…), la coordination des travaux, les levées topographiques…

Le phasage des travaux

Dans le cas général, entre plusieurs scénarios, la collectivité choisit un projet de travaux ; celui-ci fait l’objet d’un appel d’offres avec les conditions de délais, de prix, etc. ; ensuite l’entreprise retenue débute la phase des travaux : elle nettoie la zone, repousse tous les réseaux : eau, HTA, assainissement, éclairage, téléphone, (heureusement, sur ce chantier, il n’y a pas le gaz) ; ensuite, elle repositionne les réseaux : gaines et réseaux secs ainsi que les réseaux humides mis sur les côtés. A fin septembre, l’entreprise Eiffage qui a le lot du pont et des réseaux  aura achevé son travail. C’est alors Eurovia Vinci qui prendra en charge la partie voirie, pour une fin des travaux en novembre.

Pierre-Jean Arnaud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *