Territoires pour retricoter la démocratie

albi-emac-ass-des-territoires-4-nov-2016-1 albi-emac-ass-des-territoires-4-nov-2016-9 albi-emac-ass-des-territoires-4-nov-2016-11 albi-emac-ass-des-territoires-4-nov-2016-12 albi-emac-ass-des-territoires-4-nov-2016-15 albi-emac-ass-des-territoires-4-nov-2016-26 albi-emac-ass-des-territoires-4-nov-2016-27 albi-emac-ass-des-territoires-4-nov-2016-29 albi-emac-ass-des-territoires-4-nov-2016-34 albi-emac-ass-des-territoires-4-nov-2016-43

Albi : lancement de l’assemblée des territoires : pour retricoter la démocratie

Grande première à l’EMAC, Ecole des Mines d’Albi : l’assemblée des territoires de la région Occitanie  s’est réunie ce vendredi 4 novembre 2016 dans le grand amphi sous la présidence de Carole Delga. Cette nouvelle instance est consultative ; elle veut assurer un développement équilibré et concerté des territoires en garantissant une vraie solidarité entre les pôles urbains et les zones rurales.

Une instance de dialogue et de proposition dans la proximité

 Sur le plan national, l’Occitanie occupe la 5ème place pour ce qui est de la démographie après l’Ile-de-France, Auvergne-Rhône Alpes,  Hauts de France et Nouvelle-Aquitaine ; sa population croît de 50 000 habitants chaque année ; elle atteindra 6 millions en 2020.  30 % de la population a moins de 25  ans ; les ¾ de la population vivent en dehors des agglomérations.  L’assemblée des territoires est composée de 158 élus locaux qui ne siègent pas au Conseil régional ; ils émanent de P.E.T.R, pôles d’équilibre territoriaux et régionaux, de Pays, d’EPCE, établissements publics de coopération intercommunale ; ils ont été choisis par ces collectivités, sur proposition de la région. Le but visé par cette assemblée est de traduire l’action publique dans la proximité par le dialogue entre les collectivités en échangeant les bonnes pratiques, en mutualisant ce qui peut l’être et en favorisant le développement d’expérimentations innovantes.

Carole Delga : « Développer une intelligence institutionnelle et collective »

Il s’agit pour Carole Delga de «  mettre en place une intelligence institutionnelle et collective, en créant du sur-mesure plutôt que du prêt-à-porter ainsi qu’en dépassant les querelles de logo et d’égo ». « Il s’agit  de partager des plans d’action opérationnels réunissant les différents acteurs publics et privés. Cette instance n’est pas un lieu où se discutent les compétences comme au Parlement de la mer ou au Parlement de la Montagne ; ce n’est pas non plus un lieu où l’on négocie les crédits ; ce n’est pas non plus le CESER ».

Sylvie Pinel : «  L’exemplarité de cette assemblée pourrait déboucher sur la portabilité du modèle »

La région accompagne déjà les territoires par le biais des C.R.U, contrats régionaux uniques. L’assemblée des territoires après une année de préfiguration en 2017, pourra proposer une contractualisation dès 2018, par exemple : pour revitaliser le commerce et l’artisanat, proposer des tiers-lieux et espaces de coworking, pour relier les populations (rail, haut et très haut débit, téléphone mobile…),  pour assurer la proximité des populations avec les entreprises, les services de santé, de culture, pour revitaliser les centres-bourgs, pour maîtriser l’étalement urbain et l’aménagement du littoral. La démarche éminemment transversale devra s’appuyer sur un document essentiel : le SRADDT, schéma régional d’aménagement et de développement durable du territoire, avec ses différents volets cohérence écologique, climat, transports, déchets.

Gérard Onesta : la feuille de route

Pour mettre en musique cette nouvelle partition, Gérard Onesta, président du bureau de l’assemblée régionale, a  d’abord projeté 2 cartes, celles des territoires de projets et celles des bassins de vie ; il a ensuite  proposé une feuille de route et demandé aux élus de s’inscrire par SMS dans 4 ateliers.

Naoile Jouira, coordinatrice Occitanie MOUVES: Les entrepreneurs sociaux, plébiscités par les étudiants

Naoile Jouira a ensuite présenté le MOUVES, mouvement des entrepreneurs sociaux ; pour ceux-ci,  l’entreprise n’est pas seulement financière mais elle investit dans la durée et donne du sens au travail de ses salariés. De plus en plus d’étudiants se projettent dans ce type entrepreneurial.

Laurent Dabezies : l’interdépendance et la réciprocité des territoires

Professeur au CNAM, Laurent Dabezies a rappelé l’interdépendance des territoires par le jeu notamment des transferts sociaux ; la distrophie constatée entre agglomération et ruraux a tendance à se confirmer, mais  le facteur qualité joue comme accélérateur d’attractivité pour la région Occitanie par rapport à d’autres régions.

Pierre-Jean Arnaud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *