Gaillac: « Le ciel dans tous ses états »

expo Gaillac le ciel ds ts ses etats 6 fev 15 027 expo Gaillac le ciel ds ts ses etats 6 fev 15 029 expo Gaillac le ciel ds ts ses etats 6 fev 15 030 expo Gaillac le ciel ds ts ses etats 6 fev 15 001 expo Gaillac le ciel ds ts ses etats 6 fev 15 002 expo Gaillac le ciel ds ts ses etats 6 fev 15 003 expo Gaillac le ciel ds ts ses etats 6 fev 15 006 expo Gaillac le ciel ds ts ses etats 6 fev 15 007 expo Gaillac le ciel ds ts ses etats 6 fev 15 010 expo Gaillac le ciel ds ts ses etats 6 fev 15 011 expo Gaillac le ciel ds ts ses etats 6 fev 15 019 expo Gaillac le ciel ds ts ses etats 6 fev 15 023

Gaillac : Le ciel dans tous ses états: une expo photo « électrique » et passionnante

Le ciel ne peut attendre

« De tout temps, les hommes ont été fascinés par le tonnerre, les phénomènes lumineux et sonores qui l’accompagnent », souligne Alain Soriano, adjoint à la mairie de Gaillac. Après l’évocation des dieux antiques, Zeus et son homologue latin Jupiter, l’édile a qualifié de chasseurs d’orages, ces preneurs d’images qui ont fait le bonheur des participants au vernissage de l’exposition photo « Le ciel dans tous ses états » ce vendredi 6 février au Museum d’histoire naturelle, en présence de Bertrand de Viviès, conservateur des musées de Gaillac. Dans cette quête d’images célestes, il s’agit de se trouver au bon endroit et au bon moment : le ciel ne peut attendre. Ce trio de jeunes passionnés toulousains, Matthieu Krieger, Florian Calas et Maxime Daviron,  s’est retrouvé sur le devant de la scène pour expliquer son parcours.

Matthieu ouvre le ban : «  C’est le voyage qui m’a amené à la photo. Etudiant dans une école de commerce, j’ai effectué un voyage qui m’a ouvert les yeux sur l’univers photographique. J’ai alors formalisé un projet avec Florian d’édition ; nous avons créé « Jourdenuit » pour diffuser cartes postales et photos sur divers supports. Pour moi, l’objectif est d’arriver à concilier cadrage optimal et phénomène naturel ».

Pour Florian « fasciné par l’infini et l’invisible depuis toujours », la photo est une passion qui remonte à l’enfance : « J’ai toujours touché à la photo ; elle fait partie de ma vie. Fortement marqué par l’expérience d’un cyclone en 2010 en Nouvelle-Calédonie, j’ai contacté Matthieu pour un projet photographique ; mon engouement pour les phénomènes météorologiques, les orages date de ce moment-là ».

Quant à Maxime, il s’est intéressé assez tôt à la photo mais c’est avec les orages qu’il a commencé à traquer en 2007 que sa passion pour la photographie a décuplé : « Ma rencontre avec Matthieu et Florian a permis d’approfondir ce qui m’habitait déjà : nous nous sommes retrouvés par Internet et en fonction de la météo, nous partageons des moments photographiques intenses comme celui de l’orage du 20 septembre 2014 au-dessus du Pont Neuf à Toulouse ».

De l’électricité dans l’air

L’exposition s’ouvre dans la salle de droite par des clichés saisissants sur les impacts de la foudre en territoire urbain et en pleine nature. Grâce à nos photographes intrépides, nos nuits noires se transforment en nuits blanches, comme dans ces instantanés toulousains de l’Hôtel-Dieu et du Pont Neuf où le ciel s’illumine soudain par la présence de ces arcs électriques qui se dédoublent et se ramifient. Et la violence de l’orage peut provoquer de graves dégâts, comme en témoigne cette vue étonnante d’un transformateur aquitain qui explose littéralement sous la puissance de la décharge électrique.

La marche à l’étoile

Dans leur quête photographique des phénomènes naturels, les trois compères se muent en randonneurs pour appréhender les vues célestes au plus près des étoiles. C’est ainsi qu’ils sont amenés  à aller au plus près du terrain, là où la lumière est la plus pure pour effectuer leurs prises de vue. La chaîne pyrénéenne demeure un de leurs principaux terrains de chasse ; cette marche à l’étoile les conduit tantôt au pied du Vignemale ou vers le Montcalm et le Mont Valier. Leurs clichés épousent les contours de la Voie lactée et nous entraînent dans la féerie de la nature avec ces sapins enneigés piquetés de milliers d’étoiles, pareilles à des flocons. Laissez-vous transporter par ces vues des sommets qui permettent de tutoyer les étoiles et de rêver aux cimes immaculées alors que vous êtes tranquillement installés sur le plancher des vaches ou devant les écrans de vos ordinateurs et de vos mobiles ! Ne manquez  donc pas cette exposition visible jusqu’au 26 avril 2015,  au 2 place Philadelphe Thomas à Gaillac.

Pierre-Jean Arnaud- 9 février 2015-

site  de Matthieu Krieger et de Florian Calas:  jourdenuit :

Renseignements pratiques

Durée de l’exposition : du 7 février au 26 avril

Lieu de l’exposition : Muséum d’histoire naturelle Philadelphe Thomas

2 place Philadelphe Thomas- 81600 Gaillac – 05 63 57 36 31- patrimoine@www.ville-gaillac.fr

Tarifs : Entrée : 2,5 € / réduit 1,5 € ; Passeport 3 musées 5 € / réduit 3 €

Expositions d’été 4 € / réduit 2,5 €

Horaires :

De novembre à mars, ouvert les vendredis, samedis et dimanches, de 10h à 12h, de 14h à 18h

D’avril à octobre, ouvert tous les jours sauf le mardi, de 10h à 12h, et de 14h à 18h

Animations prévues autour de cette exposition :

Mardi 10 et mercredi 11 février 2015, 10h à 17h ; Atelier d’origami jeune public- 8-14 ans, 15 €

Jeudi 12 février, 12h45-14h- Pause café, pause musée – 2,50 €, café offert-

Visite commentée de l’expo en présence des 3 photographes

Dimanche 15 février, 15h : Visite commentée de l’exposition par les photographes destinée aux Amis des Musées

Jeudi 12 mars, 12h45-14h: Pause café, pause musée – 2,50 €, café offert- Le ciel dans la bibliothèque du Muséum

Dimanche 15 mars, 15h:  Lectures  par P. Magnier-  Un livre s’est ouvert dans les cieux

Un cycle de 3 conférences à l’Auditorium dom Vayssette –Entrée libre

Jeudi 12 mars 2015, 20h30 : Avec accompagnement musical- L’univers, les étoiles et la Musique

Lundi 23 mars 2015, 20h30 : Biographie d’un orage : du cumulus à la tornade

Jeudi 9 avril 2015, 18h30 : La face cachée des orages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *