Graulhet: chemisage des réseaux d’eau

IMG_4916 IMG_4904
Graulhet : chemisage des réseaux d’eau

Communique mairie 25 juillet 2014

Des travaux à la pointe de la technologie ont été lancés par la Régie des eaux en cette fin du mois de juillet. La régie a fait appel à la société DPSM.
Graulhet chemise ses réseaux
Conviés par le directeur de la RMEA (Régie municipale des eaux et de l’assainissement) Charles Landry, le maire de Graulhet, président du Conseil d’administration de la Régie, Claude Fita et les membres du Conseil d’Administration, sont venus découvrir une opération de « chemisage ». Il s’agit d’une technique permettant, sans ouvrir de tranchée, de remettre à neuf des canalisations. Cette technique de réhabilitation offre de nombreux avantages : un délai de réalisation limité, une emprise minimale de chantier, une diminution de la gêne au voisinage et le traitement d’ouvrages inaccessibles par terrassement traditionnel. Autres avantages : une excellente tenue mécanique, une haute performance hydraulique et un faible impact environnemental. Le gainage structurel est reconnu comme une solution de rechange économique au regard de la méthode classique d’excavation et de remplacement habituellement utilisée pour réparer les conduites d’assainissement. Enfin, il s’agit d’une méthode de réparation des conduites en mauvais état beaucoup plus écologique (pas ou peu de déchets de gravats à évacuer) et qui entraîne beaucoup moins de perturbations que la méthode classique.
Huit à dix heures pour cent mètres
C’est sur le site de la Talmié, sur un réseau d’effluents industriels, que l’opération a été menée. Au total, ce sont 700 mètres qui ont été traités grâce à cette technique du chemisage. Ce mercredi 23 juillet, Marc Barrère, responsable d’exploitation de la société DPSM à Montrabé est venu à Graulhet expliquer cette technique. Avant d’opter pour le chemisage, la société procède à une inspection des réseaux au moyen d’une caméra. « Nous analysons les données collectées. Soit on fait le choix de remplacer à neuf, soit on opte pour des travaux de chemisage. Nous procédons entre deux regards ouverts et accessibles. Un camion transporte une gaine en feutre imprégnée d’une résine. Cette dernière est introduite souple dans les tuyaux, elle est plaquée contre les parois de la canalisation à réhabiliter et durcie après polymérisation à la vapeur. Une fois mise sous pression, elle se plaque au collecteur », explique Marc Barrère.
Le chemisage, une technique novatrice
Un technicien vêtu d’une combinaison et d’un masque se glisse dans le regard afin d’accompagner la gaine dans le réseau. Reste alors à faire courir cette chemise de réseau jusqu’au prochain regard. Ce procédé s’utilise sur des tronçons d’une centaine de mètres. Les techniciens ont besoin de huit à dix heures pour réaliser la réhabilitation d’un tronçon. Le « chemisage » est une technique novatrice, peu utilisée dans le département. Graulhet est donc pionnière dans ce domaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.