Mazamet: dispositif sécurité Tarn fin 2013

Mazamet 13 dec 2013 006 Mazamet 13 dec 2013 010 Mazamet 13 dec 2013 014

Mazamet : dispositif sécurité Tarn fin d’année 2013
La préfète rend public le dispositif de sécurité pour la fin de l’année
Une logique de coproduction de sécurité
C’est dans l’ex-capitale du délainage, à Mazamet, que la préfète Josiane Chevalier a pris l’initiative de réunir autour du maire Laurent Bonneville, les responsables sécurité du Tarn pour exposer le dispositif sécurité de cette fin d’année 2013 ; y participaient le colonel Pierre Bouquin, commandant le groupement de gendarmerie du Tarn, Pierre-Marc Panazio, directeur départemental des services de police, ainsi que le colonel Christophe Dulaud, directeur du SDIS 81. La préfète rappelait l’idée générale qu’elle entend faire prévaloir, à savoir la coproduction de la sécurité partagée entre tous les acteurs présents sur le terrain : maires, gendarmerie, police, conseil de prévention de la délinquance, bailleurs sociaux, etc. A cette fin, a été signé le 4 septembre 2013 entre la préfète, les procureurs de la République et le président de l’association des maires, un protocole départemental qui a vocation à être décliné localement ; le premier protocole de participation citoyenne a vu le jour à Terssac le 10 décembre ; le second devrait suivre à Puygouzon. Cette logique de coproduction, implique la participation en lien avec les autorités, d’habitants référents dans les quartiers qui font suivant des règles précises, « remonter » des informations de nature à prévenir les faits de délinquance.
Des réunions bilans dans les communes les plus importantes
Ensuite, pour cerner au plus près les problématiques des territoires, notamment en matière de cambriolages, des réunions d’évaluation sont également prévues dans les communes les plus importantes : 7 ont ainsi été tenues en 2013, 3 étant prévues d’ici la fin de l’année.
La délinquance augmente-t-elle à Mazamet?
En face de ces institutionnels, il y a les professionnels, les entreprises du commerce, de l’artisanat et les particuliers qui sont les premiers à souffrir des faits de délinquance. Où en est-on à Mazamet sur ce sujet ? Après une bonne année en 2011 et une dégradation sensible en 2012, 2013 voit les chiffres s’améliorer. Pierre-Marc Panazio évoque la diminution des vols : 190 vols en 2013 contre 260 enregistrés en 2012 sur le secteur Mazamet-Aussillon. Même si la baisse est patente, la vigilance reste de mise surtout en matière de délinquance alimentaire.
Les éléments du dispositif déployé : des moyens humains et technologiques
Le plan anti-holdup
La vidéo-protection est un des moyens de dissuasion dont il faut poursuivre l’implantation, indique la préfète ; déjà Albi, Lavaur, Aussillon, Labruguière se sont engagées dans cette voie. L’Etat contribue d’ailleurs pour une large part à leur financement : 334 k€ pour 43 caméras à Castres, 186 k€ à Albi pour 40 caméras. D’autres villes se montrent intéressées comme Carmaux, Graulhet et Briatexte.
Parmi les mesures concernées par le dispositif, figure le plan anti-holdup qui prévoit notamment un renforcement des rondes dans les secteurs commerciaux les plus sensibles, centre-ville ou zones situées en périphérie. Autre composante du plan de fin d’année, l’opération Tranquillité vacances est reconduite du 21 décembre 2013 au 5 janvier 2014.
Pierre Bouquin annonce quant à lui un renforcement sensible des moyens de gendarmerie, grâce à 200 journées de renforts de réservistes, pour « bleuir le terrain » notamment lors des fermetures de magasins.
Un dispositif tout particulier est prévu la nuit de la Saint-Sylvestre avec des mesures de règlementation concernant la vente d’essence au détail, d’alcool à emporter et des feux d’artifice.
Le colonel Dulaud, chef du SDIS 81, précise quant à lui que 75 sapeurs-pompiers seront de garde cette nuit-là.
Le renforcement des contrôles routiers sera également de mise pendant les vacances de Noël ; sur les 22 accidents mortels survenus dans le Tarn au 6 décembre 2013, 4 sont dus à l’excès d’alcool et 6 à une vitesse inadaptée.
La poissonnerie, adepte d’ARGIOPA
Le petit groupe des institutionnels s’est ensuite déplacé à deux pas de la mairie dans la rue Assémat-Rives pour rendre visite à la poissonnerie Auvergne-Baillat, premier commerçant à avoir souscrit un abonnement au réseau social ARGIOPA. Ce système développé par une société toulousaine fondée par un ancien élève de l’école des Mines d’Albi permet la mise en relations de professionnels, le partage des bonnes pratiques, la diffusion de signalements, ainsi qu’un véritable échange d’alertes en temps réel pouvant être transmises par SMS en cas d’urgence. Mairies et commissariats de police seront connectés gratuitement à ce service. Ce système ne remplace pas le 17 ; il lui est complémentaire. L’histoire de la poissonnerie du 7 mérite d’être contée ; Nathalie Baillat et Alain Auvergne ont repris ce fond de commerce il y a maintenant deux mois. Venant de Montpellier, la jeune femme auparavant, huissier de justice, a opéré une reconversion vers ce commerce alimentaire ; en fait, c’est plutôt une redécouverte car sa grand-mère et sa tante étaient de la partie. Elle se montre satisfaite de son déménagement sur Mazamet, où elle a noué une bonne entente avec le buraliste du Jean Bart, lui aussi intéressé par le projet ARGIOPA. De nouvelles technologies pour assurer une meilleure sécurité de l’environnement de travail et une plus grande sérénité dans le quartier, voilà un facteur d’attractivité et de dynamisme que ne renie pas le maire de cette ville. Laurent Bonneville salue les efforts déployés par l’Etat et les forces de l’ordre, tout en souhaitant vivement une adhésion de la population pour participer à ce renforcement de la sécurité en cette fin d’année 2013 et pour les années qui viennent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *