Pour une économie qui ne tue pas

Iris azalee seringat 30 avr 2014 013

Europe : promouvoir « une économie qui ne tue pas »

Forum de pastorale sociale à Paris

Source Zenit: Anne Kurian
ROME, 3 mars 2015 (Zenit.org) – « L’Église catholique en Europe écoute avec grande attention la voix, souvent angoissée, de ceux qui ont besoin d’aide ». Elle appelle ceux qui ont des responsabilités politiques, sociales et économiques, à promouvoir « une économie qui ne tue pas, mais développe le bien commun ».
C’est le communiqué publié au terme de la rencontre de responsables d’organisations catholiques européennes, qui a eu lieu à Paris le 26 février 2015, auprès du siège de la Conférence épiscopale de France.
Les organisations participantes étaient Caritas Europe, la Commission internationale catholique pour les migrations (ICMC), le Centre européen pour les Travailleurs (EZA), la Conférence des commissions de Justice et Paix en Europe, ainsi que la Commission des épiscopats de la Communauté européenne (COMECE) et le Conseil des conférences épiscopales d’Europe (CCEE).
La rencontre a été l’occasion d’évaluer « les besoins des citoyens européens », en soulignant aussi « l’énorme effort de l’Église catholique pour rester aux côtés des plus nécessiteux, par le biais d’initiatives concrètes au niveau local, national et même international », précise le communiqué.
Les participants ont renouvelé leur « engagement à continuer de sortir pour aller vers ceux qui sont dans le besoin et pour assister avec générosité les nombreuses personnes qui cherchent de l’aide ».
Ils ont exprimé leur « préoccupation sur la situation actuelle » : « L’Église catholique en Europe écoute avec grande attention la voix, souvent angoissée, de ceux qui ont besoin d’aide. »
Enfin, ils appellent « tous ceux qui ont des responsabilités politiques, sociales et économiques » à « s’engager avec l’ensemble de la société dans la recherche de solutions concrètes aux réalités sociales difficiles », en promouvant « une économie qui ne tue pas, mais développe le bien commun ».
L’Église catholique se veut « promoteur d’une civilisation de l’amour », souligne la note : « Sa mission est d’être comme le bon Samaritain, c’est-à-dire en mesure de se faire proche de tout le monde, en offrant surtout l’espérance en l’amour de Dieu miséricordieux. »
Les thèmes suivants ont notamment été abordés : « la question démographique dans une Europe qui vieillit ; la crise économique qui engendre de nouveaux pouvoirs et tant d’inégalités inacceptables; le nombre croissant de migrants ; les transformations du multiculturalisme ; le problème de l’instabilité de l’emploi ; la préoccupante situation créée par le chômage des jeunes ; la fragilité des familles ; les guerres et les autres formes de violence, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’Europe »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *