Tarn: le préfet et le découpage territorial

P1780582 (1)

Tarn : Le préfet et le découpage territorial
Lors d’un petit déjeuner de presse ce mardi 13 octobre 2015, le préfet du Tarn Thierry Gentilhomme avec Astrid Geffrault, directrice de cabinet, a passé en revue un certain nombre de sujets d’actualité parmi lesquels l’agriculture, l’activité économique, les réfugiés, la réforme territoriale, le dossier Sivens. Les deux priorités sont le développement de l’activité économique et la culture du dialogue. Pour le préfet, il s’agit de favoriser la culture du dialogue qui permettra d’asseoir la paix civile et la sécurité publique. « Je ne fais pas que de la moto », confie-t-il en off, de façon humoristique.
Un premier tour d’horizon
En premier tour d’horizon, le préfet évoque l’agriculture avec la crise de l’élevage. Il s’agit d’un engagement assez fort pour la restauration collective et les circuits courts ; il y a besoin d’être informé pour enclencher cette dynamique. Si le processus est favorable pour la viande, en revanche, c’est plus compliqué pour les fruits et légumes.
La préoccupation constante est la sécurité routière ; les chiffres sont corrects ; il n’y a pas eu de dérapage.
Autre sujet important : l’économie. C’est elle qui fait l’emploi, l’activité et la vie de nos territoires.
Il s’agit de raisonner par filières : la filière bois ; il faut réactiver le comité constitué à cet effet ; la filière granit, avec l’IGP ; la filière commerce : il y a eu une table-ronde avec les commerçants ; ce sont eux qui souffrent le plus avec les PME. La loi Macron doit être déclinée localement avec notamment l’ouverture le dimanche, la question des sur-amortissements, le pacte de responsabilité. Il y a aussi la nouvelle loi de la transition énergétique.
Dans le domaine de la sécurité et la paix civile, il y a le développement du service civique. Il s’agit aussi de promouvoir le dialogue, en amenant les gens à se parler. Il faut développer la citoyenneté avec le sujet de l’accueil des réfugiés.
L’autre gros dossier est l’organisation territoriale, ainsi que le dossier de Sivens.
Sivens et le protocole transactionnel
« J’ai reçu mandat du 1er ministre pour finaliser le protocole transactionnel », affirme Thierry Gentilhomme. Il s’agit de déterminer le montant des dépenses exposées en pure perte par le département au vu de justificatifs. Le préfet cite par exemple, les terrassements, les études, les dépenses juridictionnelles, les expulsions, les mesures de sécurité. Il ne s’agit bien entendu que des dépenses rattachables à l’exécution. En attendant le projet de territoire du Bassin de la Vallée du Tescou suit son cours ; il est du ressort des deux conseils départementaux.
En ce qui concerne le rassemblement du 25 octobre 2015, une marche pour commémorer le 1er anniversaire de la disparition de Rémy Fraisse, si le préfet trouve normal qu’il y ait un moment de recueillement dans la dignité, il lance un appel à la raison : « Tout le monde a intérêt à ce que l’on se tienne bien. Le vrai sujet est la gestion des ressources en eau pour les agriculteurs avec une réponse la mieux acceptée possible ».
Au sujet des réfugiés
Beaucoup de chiffres ont été annoncés. Le préfet précise : « Pour le Tarn, actuellement, ce sont 5 réfugiés qui ont été accueillis ; 1 dans la commune de Puygouzon et 4 sur Aussillon ; ils ont le statut de demandeurs d’asile ».
La sécurité routière
Les nouveaux radars double face vont être progressivement mis en service. Pour ce qui est du bilan de sécurité routière, « il est plutôt favorable, déclare Astrid Geffrault : 23 tués contre 27 tués en 2014 ; le nombre d’accidents se situe au même niveau. Par contre, on déplore un peu plus de blessés et de blessés hospitalisés. »
La réforme territoriale et les EPCI : établissements publics de coopération intercommunale
La carte des EPCI a été présentée le 12 octobre ; c’est un projet de schéma construit sur la base des seuils de population (15000 habitants minimum préconisés) et en respectant la cohérence territoriale avec les PETR et les SCOT. On identifie les EPCI existants qui ne respectent pas les critères ; les territoires doivent sortir gagnants. Avec l’arrivée de la future grande région, c’est une nouvelle donne pour les territoires; dans Midi-Pyrénées, nous étions le 2ème des 7 nains. Maintenant, nous passons en 9ème position. Les communes devront se prononcer dans les 2 mois après réception du nouveau schéma proposé par le préfet. Ensuite, après itération éventuelle, le processus doit s’achever au plus tard le 1 janvier 2017. Un rapporteur général de la CDCI a été désigné ; il s’agit de Sylvain Fernandez ; « il aura du travail », assure le préfet.
NB : C’est ainsi que 12 périmètres ont été définis ; pour ce qui est de Tarn et Dadou, le nouvel EPCI regroupe Tarn et Dadou actuel plus Vère-Grésigne-Salvagnacois et le Rabastinois, soit un ensemble de 63 communes avec 69196 habitats, couvrant une superficie de 1195 km2. Cf site préfecture du Tarn.
Question sur les gens du voyage à Castres
Pour le préfet, il y a deux catégories de gens du voyage, ceux qui voyagent et ceux qui ne voyagent pas ; ceux de Castres appartiennent plutôt à la seconde catégorie. Ce sont des familles sédentarisées. Certaines personnes, après avoir été à l’aéroport, occupent maintenant les emprises SNCF, depuis la fermeture pour travaux du terrain de la Vivarié. Il y a une réunion prévue cette semaine (42) entre le maire de Castres, la SNCF, et le procureur de la République pour trouver un terrain et faire avancer les choses.
Question sur la grogne des policiers
Il est vrai que les conditions d’exercice des fonctions de policier sont de plus en plus difficiles. Les arbitrages vont être rendus à l’occasion du vote du budget de 2016.
Sur les caméras vandalisées à dans le quartier Cantepau à Albi ?
Je me réfère à l’article 66 de la Constitution. (NDLR : « Nul ne peut être arbitrairement détenu. L’autorité judiciaire, gardienne de la liberté individuelle, assure le respect de ce principe dans les conditions prévues par la loi »).
Question sur l’opération coup de filet drogue sur Toulouse et le Tarn en début de semaine
Nul n’est à l’abri de rien.
Question sur la radicalisation
Le Tarn est concerné ; qui aurait pensé par exemple à Labastide-Rouairoux ? Comment les aider ? il s’agit de vivre côte à côte ; le mois de janvier a été terrible. Le dialogue doit concerner tout le monde. J’ai reçu les représentants des mosquées qui m’ont fait cet aveu : « Il y a un problème avec nos gamins, nos enfants… Ils ne viennent plus à la mosquée ». Il faut une logique d’inclusion. Le fait par exemple de voir les enfants reçus en préfecture est un signal positif que l’on envoie.
Question sur l’autoroute Castres-Toulouse
C’est actuellement la phase d’enquête publique.
Question sur la nouvelle région
Même si le Tarn est situé comme trait d’union au cœur de la nouvelle région, il est évident que le poumon économique de la Région reste Toulouse ; les nouveaux territoires sont maintenant émergents ; il y a Nîmes. Le port du Tarn est … Sète.
Propos recueillis par Pierre-Jean Arnaud- 18 octobre 2015

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *