Toulouse: Mgr de Kérimel

Toulouse : Installation de Mgr Guy de Kérimel

Les cloches de la cathédrale Saint-Etienne ont sonné à toute volée ce dimanche 30 janvier pour l’installation de Mgr Guy de Kérimel, remplaçant Mgr Robert Le Gall à la tête du diocèse de Toulouse.  Dans la double nef pleine comme un œuf, on remarquait la présence d’une trentaine d’évêques ainsi que celle d’une délégation diocésaine de Grenoble ; en outre, environ quatre-vingt prêtres, diacres et religieux avaient pris place dans le chœur et le déambulatoire. Côté personnalités civiles, on notait la participation d’Etienne Guyot, préfet de la Région Occitanie et du maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc. Mgr Celestino Migliore, nonce apostolique, déclaré positif au Covid la veille, n’avait pu faire le déplacement. Mgr Olivier de Germay, archevêque de Lyon, présidait la célébration.

 Qui est Mgr de Kérimel ?

Natif de Sérigné en Vendée, l’archevêque a 4 frères et 3 sœurs : deux de ses frères sont agriculteurs l’un dans l’Aude et l’autre en Ariège. Certains de ses neveux sont installés à Toulouse. Ordonné prêtre en 1986, Mgr Guy de Kérimel a été nommé évêque auxiliaire de Nice entre 2001 et 2004 ; il devient évêque coadjuteur de Grenoble 6 mai 2004, puis titulaire du diocèse de Grenoble-Vienne. Nommé  archevêque de Toulouse le 9 décembre 2021, il est aussi président de la commission épiscopale pour la liturgie et la pastorale sacramentelle.

Un  diocèse de 1400 000 habitants avec Toulouse comme  centre d’attraction

La présentation du diocèse a été faite à Mgr de Kérimel avec les principales données socio-économiques. Fort de 1400 000 habitants, le diocèse de Toulouse comprend près de 40% de moins de 30 ans tandis que les plus de 60 ans représentent 21%. Toulouse, terre de rugby, spirale aspirante, attire entreprises et étudiants avec son pôle aéronautique et son pôle services, alors que le Comminges, le Luchonnais et le Lauragais offrent une réalité plus contrastée.

Trois leçons pour le futur

Dans son homélie, Mgr de Kérimel a cité st Paul et le primat de la charité dans cette hymne de la lettre aux Corinthiens : « S’il me manque l’amour, je ne suis rien ». L’évangéliste Luc rapporte la visite de Jésus dans la synagogue de Nazareth ; Jésus sème une parole qui dérange. Mgr de Kérimel nous invite à « nous laisser déranger par la Parole de Dieu », ensuite à « demander la grâce d’une liberté intérieure  dans une relation étroite avec Dieu et une recherche de sa volonté, pour suivre le Christ qui est notre lumière »; en 3ème lieu, il nous incite à « cette ouverture à l’universel » ( veuve de Sarepta, Naaman le Syrien) dans « une Eglise collaboratrice du Christ pour la gloire de Dieu et le salut du monde ».

Pierre-Jean Arnaud

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.