Will de Bie: artiste attaché au Tarn

expo Gaillac Will de Bie et Lucien Coutaud 25 juin 2014 008 expo Gaillac Will de Bie et Lucien Coutaud 25 juin 2014 007 expo Gaillac Will de Bie et Lucien Coutaud 25 juin 2014 003 expo Gaillac Will de Bie et Lucien Coutaud 25 juin 2014 002

WILL DE BIE, un artiste hollandais attaché au Tarn

Ce matin  a eu lieu au musée des Beaux -arts  de Gaillac, la présentation de l’oeuvre réalisée par Will de Bie, peintre hollandais, qui après une première incursion sur la Côte d’Azur, s’est attaché au Tarn. De Gaillac à Cordes en passant par Castelnau de Montmiral,  Will de Bie a « cartographié  » en peinture les paysages aussi bien de nature que d’architecture. Will de Bie tient à remercier l’accueil qui lui a été réservé sur Gaillac:  » C‘est pour moi un grand honneur que d’être ainsi porté à la connaissance du public, à Gaillac. Ce sont des dessins, fruit d’un travail de plus de 10 ans, exécutés sur le terrain, à l’encre de Chine. J’ai voulu reproduire de magnifiques paysages. C’est une joie que j’ai ressentie en les réalisdant. Mes remerciements vont à Bertrand de Viviès et aussi à ma femme qui m’a soutenu. » Pour Alain Soriano, il s’agit « d’éléments ethnographiques très intéressants qui auront peut-être disparu dans quelque temps, vu l’évolution rapide du milieu urbain et rural » . Bertrand de Viviès relève « la précision du trait de l’artiste qui s’est attaché à  dépeindre sur grand format ce territoire gaillacois.  Le fond rejoindra au musée de l’Abbaye celui de Joseph Latour. »

Communiqué Mercredi 25 juin 2014-11h
« Le Musée des beaux-arts de Gaillac présente un ensemble de 73 dessins réalisé par Will de Bie, un artiste hollandais qui a vécu plusieurs années dans le Tarn et qui y réalisa de nombreux paysages.
Cet ensemble de dessins réalisés entre 1997 et 2005 représente la plupart des sites des villages de l’ouest albigeois et vient avec la précision d’un trait assuré rendre compte d’architectures de caractère et de sites emblématiques de cette région. Ils constituent aussi un ensemble documentaire même si le rendu artistique n’est pas totalement absent de ces feuilles et leur rassemblement les
place dans une catégorie qui les apparente à la fois à la tradition des carnets de voyages comme à celle des vues d’optique ou encore aux vues topographiques si caractéristiques de la tradition des Pays du nord dont cet artiste est l’un des meilleurs représentants actuels.
Ce fonds est unique par le nombre, le format et la thématique des sites représentés et trouve naturellement sa place dans le fonds d’oeuvres graphique du musée des Beaux Arts comme illustrant d’une part des paysages tarnais et d’autre part comme issus d’un artiste contemporain qui travailla plusieurs années dans cette même région. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.