Graulhet: le 8 mai sous le vent

Graulhet 8 mai 2016 (1) Graulhet 8 mai 2016 (62) Graulhet 8 mai 2016 (63) Graulhet 8 mai 2016 (67) Graulhet 8 mai 2016 (70) Graulhet 8 mai 2016 (71) Graulhet 8 mai 2016 (72) Graulhet 8 mai 2016 (74) Graulhet 8 mai 2016 (75) Graulhet 8 mai 2016 (76) Graulhet 8 mai 2016 (77) Graulhet 8 mai 2016 (82) Graulhet 8 mai 2016 (85) Graulhet 8 mai 2016 (86) Graulhet 8 mai 2016 (96) Graulhet 8 mai 2016 (97) Graulhet 8 mai 2016 (98) Graulhet 8 mai 2016 (99) Graulhet 8 mai 2016 (101) Graulhet 8 mai 2016 (102) Graulhet 8 mai 2016 (115) Graulhet 8 mai 2016 (116) Graulhet 8 mai 2016 (117) Graulhet 8 mai 2016 (118) Graulhet 8 mai 2016 (119) Graulhet 8 mai 2016 (121) Graulhet 8 mai 2016 (122)

Graulhet : les drapeaux flottent au vent du  8 mai 2016

Beaucoup de vent pour cette 71e commémoration du 8 mai 1945 au cimetière Saint-Roch où plusieurs gerbes ont été déposées. L’Autan n’a pas ménagé son souffle au moment de la levée des couleurs, de la sonnerie aux morts ou pendant les allocutions des officiels à tel point que les propos ont parfois été rendu inaudibles en raison des rafales. Les représentants des autorités civiles et militaires étaient présents, ainsi plusieurs élus communaux ou supra-communaux. On notait même la présence de Philippe Bonnecarrère, sénateur du Tarn. Ont pris la parole Jacques Delaire,  Robert Couzinié, Yannick Le Meur et Claude Fita, maire de Graulhet. L’Orchestre-Batterie-Fanfare sous la baguette de Robert Lacourt  a accompagné de façon digne cette cérémonie. Le traditionnel vin d’honneur était ensuite offert à la mairie, salle de la République.

Extraits du message du secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Défense pour cette année 2016 : « La Seconde Guerre mondiale fut marquée par un déchaînement de violence jusqu’alors inconnu dans l’histoire. Durant ces années de guerre, la distinction entre le front et l’arrière a été abolie. Il faut se souvenir, aujourd’hui, de toutes ces femmes, de tous ces enfants, de tous ces hommes qui ont souffert et qui portèrent cette souffrance jusqu’à leur mort : les réfugiés, les victimes des bombardements, les prisonniers de guerre, les internés, les déportés. Ces mémoires de courage et de souffrance doivent continuer à vivre, au-delà des commémorations. A vivre dans les lieux qui les incarnent, tels que les plages du Débarquement, le Mont-Valérien, le camp de Natzweiler-Struthof, la prison de Montluc, le mémorial de la Déportation et celui de la Shoah, bientôt celui du Mont-Faron, et aujourd’hui, celui du Mémorial des civils dans la guerre à Falaise en Normandie, inauguré ce 8 mai 2016. En ce 71ème anniversaire de la fin des combats de la Seconde Guerre mondiale, il ne faut pas cesser de visiter et d’arpenter ces lieux qui nous rappellent aussi que de toutes ces souffrances et de tous ces courages est née l’Europe libre et en paix : un héritage dont nous devons rester les gardiens vigilants. »

Pierre-Jean Arnaud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *