Meeting Réplic’Air Acte 4

  

 

Graulhet: Meeting de Réplic’Air – Y a du frisson dans l’air –  Acte 4

Arabesques et voltige en plein ciel graulhétois : le voleur repris par la patrouille

L’après-midi, le ballet aérien se met en place et c’est Ian Tutaj, qui ouvre le bal avec son CESSNA 140 ; décrivant dans le ciel de subtiles arabesques, commentées en direct depuis l’aéronef. Puis Nathalie Levert lui succède et commenté l’épisode amusant de la Crazy People Team. Voilà donc 5 pilotes lancés dans l’atmosphère pour un vif scénario de poursuites et d’esquives. Un habile voleur veut fausser compagnie à 4 fins limiers à suite lancés. C’est l’histoire classique des gendarmes et du voleur en version aérienne, interprétée par des praticiens chevronnés, mais aussi passionnés.

Qui sont ces 5 pilotes et quel est leur avion ?

Jacques, actuellement chez Airbus,  mécanicien navigant pendant 17 ans, a piloté chez Air France sur Boeing 707, 737 ; il est aux commandes ce jour d’un Piper orangé, Alpha Golf, appareil datant de 1952 et venant d’Allemagne.

Philippe, 45 ans, chef d’entreprise d’aéronautique, vole sur Piper jaune de 1950 ; cet appareil vient de Guyane française ; après avoir été démonté puis remonté, il a été transféré en France en 2002. Thomas, 41 ans, ingénieur chez Airbus, voltigeur, pilote, conduit le Piper blanc de 1958, le seul de l’armée française ; cet avion de reconnaissance (ski)  a été remonté par Philippe.

Gérard Desbois, 60 ans, auteur du 1er vol sur A380, pilote le Piper noir  baptisé «  Police » ; cet aéronef  de 1952 venant de l’armée portugaise, a été racheté en 2009 ; cassé, il a été reconstruit aux AAT «  Ailes Anciennes Toulousaines ».

Enfin le 5e, Nils Hansen, ingénieur A350 chez Airbus est un pilote norvégien venu en France ; pilote de planeur,  il est aussi voltigeur ; ce jour, il joue le rôle du voleur sur un Piper  jaune ; cet appareil de l’armée belge date de 1953 et a été acheté en Norvège.

Du Broussard au Corsair en passant par le Morane Saulnier 406 et l’Extra 200

Plusieurs autres appareils ont évolué dans l’azur moutonnant graulhétois: ainsi le Broussard,  piloté par Marc Belly, pilote sur Beluga et homme multitâches. Le Extra 200 a donné sous les mains habiles de Nils Hansen, le voleur de la Crazy People Team,  toute la mesure de sa dextérité et de son agilité : une série de figures aériennes de haut-vol et des émotions de conduite transmises en direct au public par la radio de Nils ; un festival de looping, tonneaux, de montées et de passages en basse altitude où l’aéronef grossit puis se dérobe à l’horizon pour n’être plus qu’un petit point qui échappe à l’œil nu. Après le vol fluide et rapide du Morane Saulnier 406, le clou du spectacle a été le fameux Corsair, venant de la Ferté-Allais.  Cet avion de légende a équipé l’armée de l’air américaine lors des batailles du Pacifique, contre les Japonais en 1941-1945 ; impressionnant de puissance avec ses 2000 à 2500 ch, il était capable de frôler les 700 km/heure; son évolution dans le ciel graulhétois  a laissé un souvenir impérissable pour tous les amateurs des machines anciennes encore en état de fonctionner.

Hélibase, Aérotec, les Ailes des copains : L’association Hélibase, basée à Giroussens et Graulhet, effectue de la formation de vol et propose aussi des baptêmes de l’air ; agréée par la DGAC, Mermoz, FPAG, elle expose  ce jour deux machines : le R 44 et le  STREM 280 FX. Raphaël Belaygue, un de ses piliers, est pilote de ligne, hélico, avion, après une formation dans 3 pays : Angleterre, Allemagne et République Tchèque. Présent aussi à ce meeting, Philippe Marty, dirigeant d’Aérotec.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *