Rencontres de la pierre sèche 6 au 8/04

image site pierre seche 9 mars 2016

6, 7 et 8 avril 2016 aux Rencontres catalanes de la pierre sèche

Toutes les informations sont disponibles sur le lien suivant: http://www.parc-naturel-pyrenees-catalanes.com/fr/sitecontent/75-agenda/362-2016-02-15-13-43-32
N’hésitez pas à diffuser l’information.

Communiqué L’équipe de la Division Bâtiment Construction DREAL Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées

Extraits de www.professionnels-pierre-seche.com:
Une réponse aux préoccupations contemporaines :
Terrasses, soutènements, soubassements, enclos, clôtures, rampes d’accès, chemins, routes, seuils de torrent, berges de rivières, ce système constructif ancestral ne relève plus seulement du pittoresque. Pour autant qu’elles soient correctement mises en œuvre, ces maçonneries réunissent plusieurs qualités : fiabilité, souplesse, résistance et drainage. Ces caractéristiques sont essentielles dans la prévention des risques naturels: dispositif anti érosif, rôle de bassin de rétention, gestion de l’eau des bassins versants. La rareté de l’eau ou l’excès en pluies ruisselantes et dévastatrices, est devenu une préoccupation majeure. D’autre part, l’épaisseur de ces maçonneries, les anfractuosités, le maintien de l’humidité et l’inertie de la pierre, créent un écosystème avec un microclimat, véritable niche à biodiversité, laquelle est favorable à la culture biologique et vecteur de corridors écologiques.
Construire en pierre sèche, c’est être conforme :
· à la Charte de l’environnement de 2005 qui élève au rang des principes fondamentaux le droit à un environnement équilibré et favorable à une écologie humaniste qui n’oppose pas l’homme à la nature.
· aux Directives paysagères de la loi paysage de 1993 qui ancrent les projets territoriaux et leur gestion sur les éléments concrets qui caractérisent les paysages.
La pierre sèche agit sur les trois piliers du développement durable. Sous l’angle de l’analyse du cycle de vie et du coût global, un soutènement en pierre sèche a une réelle pertinence économique. Qui plus est, construire ou assurer la maintenance des ouvrages existants, c’est développer un marché qui offre de l’emploi, non industrialisable et non délocalisable. Par conséquent, c’est aussi redonner sa noblesse au savoir-faire et agir durablement pour les territoires.

La pierre sèche ?
C’est un système constructif « non industrialisé » qui utilise des matériaux locaux. C’est une technique universelle et intemporelle qui requiert un réel savoir-faire fondé sur la maîtrise du choix et de l’agencement des pierres qui garantissent la tenue et la stabilité de l’ouvrage dans le temps. Cette mise en oeuvre ne s’improvisent pas. Le métier est celui de « murailler ».
« Un ouvrage en pierre sèche, de par l’agencement particulier des pierres et le frottement existant des pierres entre elles, ne nécessite aucun liant pour assurer sa stabilité. » Eric Vincens , Maître de Conférences Ecole centrale de Lyon

Lien:  site professionnels de la pierre sèche 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *