Résonances: un concert apprécié

4 mai 2014 2 Concert Calmont 051 4 mai 2014 2 Concert Calmont 039 4 mai 2014 2 Concert Calmont 030 4 mai 2014 2 Concert Calmont 029 4 mai 2014 2 Concert Calmont 013 4 mai 2014 2 Concert Calmont 011 4 mai 2014 2 Concert Calmont 009 4 mai 2014 2 Concert Calmont 007 4 mai 2014 2 Concert Calmont 004

Calmont : Orgue et voix d’hommes à l’église : une plongée dans l’Espagne de la Renaissance
La façade ocre de l’église de Calmont brille de tous ses feux sous les lueurs d’un soleil printanier, mettant en valeur l’architecture si attachante de son clocher-mur. A deux pas de l’Hôtel de ville, qui lui aussi se pare de briques toulousaines… Emmanuel Schublin, organiste titulaire de l’orgue historique de Cintegabelle, avait convié le public pour un concert d’Orgue et Choeur d’hommes le dimanche 4 mai prochain à 17 heures à l’église de Calmont.
Résonances : un ensemble d’hommes à la pointe du son, à la pointe du choeur
Bien que de création relativement récente (2007), le chœur Résonances, dirigé par Dominique Rols qui l’a repris en 2011, était annoncé dans le programme, comme un des meilleurs choeurs d’hommes de la place toulousaine. Dominique Rols, membre de Scandicus, est un « ténor professionnel attaché à la musique ancienne et plus particulièrement au répertoire polyphonique de la Renaissance, qui veut explorer l’univers du son dans toute sa richesse harmonique, en y intégrant le sens du texte ». Résonances est composé de 4 pupitres : basses, barytons, ténors et contre-ténors.
Des répons de Victoria aux Lamentations de Festa
Résonances a réussi à nous faire entrer dans cet univers si particulier de la musique sacrée et dans celui du grand maître espagnol de la musique polyphonique. Dans la période de la Renaissance, le nom de Victoria brille au firmament ; il n’efface pas pour autant d’autres maîtres hispano-américains comme Alonso Lobo, Francisco Guerrero, Cristobal de Morales, Juan Gutierrez de Padilla. Le programme débutait par le vibrant « Popule Meus » à double chœur, de Victoria tiré de la Liturgie du vendredi saint. « Mon Peuple que t’ai-je fait ; en quoi t’ai-je contristé ? » nous plonge dans le monde des Impropères où Dieu dialogue avec le Peuple qu’il a conduit vers la Terre Promise et qui s’est montré ingrat au point de « préparer une croix pour son sauveur ». Toutes les autres pièces de Victoria « Caligaverunt oculi mei », « Tradiderunt me », « Ecce quomodo moritur » et « Sepulto Domino » manifestent cette approche des sommets polyphoniques du maître hispanique, avec une expression presque visuelledes mystères de la Passion, qui rendent cette musique si attachante et si poignante.
Quant à Costanzo Festa, c’est un madrigaliste italien, antérieur à Victoria, qui a composé aussi des œuvres sacrées ; ses deux lamentations de Jérémie nous donnent à entendre un style un plus primitif, moins achevé mais qui préfigurent ce que seront les grands motets victoriens. En remontant dans le passé, voici Guillaume Dufay compositeur du XVe siècle et le primitif Venance Fortunat, poète et musicien qui a finit sa vie en tant qu’évêque de Poitiers. Il laisse des hymnes encore chantées aujourd’hui, telles que le Pange lingua et le Vexilla regis. Emmanuel Schublin a interprété sur l’instrument de Calmont des pièces de Louis Couperin, de Purcell et de Cabezon.
Pour finir, en bis, c’est le Salve Regina du répertoire aveyronais, remis au goût du jour par André Gouzes qui donne l’occasion d’une dernière performance vocale du groupe toulousain.
Résonances recherche un ténor
Philippe Pellet est le président de l’ensemble vocal Résonances. « Notre répertoire va du grégorien à l’époque contemporaine, notamment Francis Poulenc ; nous ne nous fixons pas de barrière », précise-t-il. « Nous répétons un jeudi sur deux à la chapelle des Dominicains à Rangueil ». De Résonances à Polysonances, il n’y a qu’un pas ; l’ensemble se réduit alors à un quintette avec basse, baryton, ténor1, ténor 2, contre-ténor. Philippe Pellet nous confie : « Actuellement, nous sommes à la recherche d’un ténor, car notre titulaire vient de recevoir sa mutation professionnelle pour aller au-dessus de la Loire ».
Pierre-Jean Arnaud – jeudi 14 mai 2014

Une réflexion au sujet de « Résonances: un concert apprécié »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *