T&D: Voeux Pascal Néel 2015

vx Pascal NEEL 8 janv  2015 (1) vx Pascal NEEL 8 janv  2015 (2) vx Pascal NEEL 8 janv  2015 (3) vx Pascal NEEL 8 janv  2015 (4) vx Pascal NEEL 8 janv  2015 (5) vx Pascal NEEL 8 janv  2015 (7) vx Pascal NEEL 8 janv  2015 (9) vx Pascal NEEL 8 janv  2015 (10) vx Pascal NEEL 8 janv  2015 (12) vx Pascal NEEL 8 janv  2015 (13)

Voeux 2015: Allocution de Pascal Néel, président de Tarn & Dadou -jeudi 8 janvier 2015

L’attentat d’hier au siège de Charlie Hebdo nous a tous bouleversé et je veux, ce soir, commencer par rendre un hommage aux 12 personnes lâchement assassinées par un véritable acte de guerre.

Ce soir nous sommes tristes et révoltés pour deux raisons La première nous touche dans notre sensibilité car Charlie Hebdo était un habitué des dessins d’exposition de Lisle sur Tarn et du salon du livre.
Nous avions eu la chance de rencontrer 4 des victimes : Wolinski, Charb, Tignous et Cabu. Je me souviens de ces belles soirées en leur compagnie lors de leur venue à Lisle sur Tarn. Ils étaient dans la vie comme dans leurs dessins ; drôle, un peu caustique, n’hésitant pas à nous charrier sur notre rôle d’élus. Cabu m’avait fait un dessin très pédagogique sur l’apprentissage à la propreté pour ma petite fille qui n’a pas forcément plu à ses parents. . Wolinski, le plus tarnais d’entr’eux, nous a raconté comment Robert Plageoles l’avait initié aux vieux cépages de Gaillac, et à leur production et croyez moi c’était un connaisseur et un très bon ambassadeur du terroir.
Ils étaient comme cela : des gens simples, plein de vie. Je mesure aujourd’hui combien leur venue sur notre territoire et le temps partagé en leur compagnie fut un privilège et une chance.
Mais cet acte odieux est aussi une atteinte à la république dans ses valeurs essentielles : la liberté et le respect de la vie et des idées. Nous savons que l’objectivité n’existe pas dans la presse comme ailleurs. Elle est parfois manipulée, bâillonnée, mais aujourd’hui on l’assassine. La liberté découle de la confrontation des idées à condition qu’elles puissent s’exprimer. Nous devons nous mobiliser pour que notre démocratie triomphe de tous ces obscurantismes. Pour cela et à la mémoire de l’ensemble des victimes policiers et salariés de Charlie Hebdo, je vous
propose de faire une minute de silence.
Mais pour donner tort à la barbarie le premier acte de résistance consiste à poursuivre notre action sans se laisser dominer par la peur.C’est pourquoi Je tiens à vous remercier tous d’être là ce soir. -Les délégués élus bien sûr, qui sont particulièrement assidus et productifs lors des travaux des commissions mises en place, suite aux dernières élections municipales;
-Les élus communaux et les agents des différentes communes, sollicités de plus en plus, dans une stratégie de mise en commun de l’ensemble du potentiel intercommunal de notre territoire;
-Mais également tous les acteurs économiques et associatifs avec qui nous travaillons en étroite collaboration, qu’ils soient chefs d’entreprise, présidents d’association ou représentants des chambres consulaires;
-Sans oublier bien sûr tous nos partenaires institutionnels que sont l’Etat, la Région, le Département ou le Pays appelé dorénavant PETR, pôle d’équilibre territorial.
-Je tiens également à remercier tous les collaborateurs de Tarn & Dadou. Je connais leur attachement à l’intérêt général et au service public, et c’est largement grâce à eux que les dossiers avancent pour le bénéfice de nos concitoyens.
Cela fait 25 ans que des élus travaillent sur l’organisation territoriale au sein du pôle territorial « vignoble et bastides », à savoir la structuration en trois communautés de communes, Tarn & Dadou, Vère Grésigne et le Rabastinois. Ch Pistre, Jacques Dary et Paul Salvador en furent les précurseurs. Ils avaient anticipé sur les évènements et les évolutions consécutifs à la réalisation de l’autoroute A 68. Cette réflexion est bien connue de tous les géographes et bureaux d’étude sous le nom de « voie rapide et développement ».
Lors de mon premier mandat d’élu, je m’interrogeais sur le bien-fondé de cette organisation, qui avait débouché sur une communauté de communes de la taille de Tarn et Dadou. Ne valait-il pas mieux « un petit chez soi qu’un grand chez les autres ? ». Parisot appartenait d’ailleurs à un syndicat nommé « Pays Lislois » qui regroupait 4 communes et qui avait la compétence tourisme et pour lequel nous avions imaginé d’élargir les missions.
Mais aujourd’hui, je fais le constat suivant : il est apparu plus opportun de voir exercer la compétence petite enfance sur le périmètre de l’intercommunalité, de même pour la lecture publique et la collecte des ordures ménagères. Quand il s’est agi de construire la zone d’activité de Garrigue Longue, nous nous sommes rendu compte également que ce petit territoire de 4 communes était dans l’incapacité d’en porter l’investissement. S’agissant du tourisme à l’inverse, il est apparu plus pertinent d’exercer cette compétence à l’échelle plus large du Pays « Vignoble et Bastides ».
Si je fais ce rappel historique, c’est pour qu’on se souvienne que la réflexion sur les périmètres intercommunaux n’est pas nouvelle, et que tout nouvel Elu est légitime à se la poser. Mais c’est également pour qu’on prenne en compte le fruit des réflexions passées et des constructions humaines qui se bâtissent dans la durée.
Avec du recul je dirai que la réflexion des élus du pays Lislois dans le cadre de leur micro bassin de vie ressemblait plus à ce qu’on appellerait aujourd’hui une « commune nouvelle », qu’à une communauté de communes. Une communauté de communes est un établissement public qui n’a pas pour objectif l’intégration des communes, mais bien la mutualisation des moyens pour exercer certaines politiques publiques à la bonne échelle.
Demain l’évolution de l’organisation territoriale promue par l’Etat va nous amener à réfléchir à nouveau avec les collectivités qui nous entourent sur les stratégies de collaboration possibles. Des réflexions du passé je retiens quelques principes :
-Pour certaines compétences, il existe des tailles pertinentes. Pour le tourisme, le choix a été fait de le porter à l’échelle de 3 intercommunalités, et l’on voit bien aujourd’hui la valeur ajoutée que constitue une politique touristique unifiée et lisible. Pour l’habitat ou l’urbanisme, la dimension de la communauté de communes Tarn & Dadou a été la bonne car elle nous a permis de disposer d’un bon niveau d’ingénierie et d’expertise. Pour la compétence scolaire et extrascolaire nous avons tous souhaité conserver cette mission au sein des compétences communales, car elle relève de la proximité. Cela n’empêche pas d’ailleurs le travail collaboratif au sein de l’intercommunalité avec l’appui d’un chargé de mission. Le sens pratique des élus de terrain que nous sommes nous amène à considérer que le principe de subsidiarité doit toujours être notre référence.
– Les politiques menées jusqu’ici au sein de Tarn & Dadou se voulaient « uniformes » pour respecter le principe d’égalité si cher au coeur de nos concitoyens. Mais on se rend compte que la diversité de notre territoire, qui fait aussi sa richesse, peut appeler des politiques plus différentiées pour tenir compte des spécificités des différents bassins de vie qui le composent. On ne vit pas pareil à Gaillac, à Graulhet, à Moulayres ou à Bernac. Nous devons faire preuve d’inventivité dans notre approche des politiques, recourir davantage à l’expérimentation, être à l’écoute des initiatives locales, pour mieux coller aux besoins des habitants. Un bilan objectif de
nos actions doit nous permettre de les faire évoluer pour mieux les adapter au terrain, mais aussi pour tenir compte de la raréfaction des deniers publics. Une collectivité publique est un organisme vivant qui évolue, se transforme, et la réponse à nos interrogations actuelles n’est pas forcément dans la déconstruction de ce que nous avons bâti mais plutôt dans l’amélioration permanente de l’existant.
On sait bien que le «périmètre idéal » n’existe pas, mais que sa pertinence repose avant tout sur la qualité du projet politique que les Elus portent. En un mot, sur leur volontarisme politique.
Dans les mois à venir, nous allons devoir intégrer une réflexion nouvelle, à la demande de l’Etat, concernant l’élargissement éventuel des périmètres des communautés de communes, à travers le nouveau schéma de coopération intercommunale. Nous sommes en effet dans un contexte d’accroissement de la taille des intercommunalités et de réduction des moyens de l’Etat. Nous serons donc amenés à interroger nos voisins limitrophes pour voir si des rapprochements sont
possibles et surtout s’ils sont pertinents. Cependant, un préalable indispensable est à lever, celui de la gouvernance. On sait bien que des intercommunalités ne peuvent fonctionner sur des périmètres vastes que si les petits bassins de vie se sont organisés ou au moins ont posé les bases d’une collaboration sur leur bassin de vie. L’idée est bien de chercher à tirer profit de la proximité, tout en réalisant les économies d’échelle possibles. A terme c’est bien le projet ambitieux de constituer des communes nouvelles qui se dessine.
Pour conclure sur cette première partie, je voudrai redire avec force que ces rapprochements qui seront envisagés, ne peuvent bien sur l’être que sur une base partenariale. Je ne crois pas aux mariages forcés. Un regroupement doit être le fruit d’une adhésion et non d’un rapport de force s’il veut être pérenne. Cette réflexion stratégique qui concerne le moyen terme ne doit pas bloquer nos évolutions et réflexions sur l’amélioration du court terme. Je ne serai pas un des tenants de l’immobilisme sous prétexte de ne pas avoir de certitudes sur l’avenir. Je ne suis pas un président du passé qui regarde dans son rétroviseur mais au contraire tourné vers l’avenir et prêt à collaborer avec ceux qui ont cette vision. Il faudra avoir de l’audace pour continuer à construire le territoire de demain et ne pas avoir d’idées préconçues.
C’est pourquoi ces réflexions sur la stratégie à moyen terme ne doivent pas nous faire oublier le court terme. Fort des suggestions des commissions, et du travail des services, je vais proposer
au Bureau et ensuite au conseil de communauté et dès 2015 une politique basée sur les principes suivants :
A destination des communes
Un soutien financier aux investissements des communes par le biais de fond de concours dont les modalités doivent être définies. Les investissements éligibles issus des plans pluri annuels d’investissements des communes concerne les économies d’énergie au sein des bâtiments publics. Cette politique entre pleinement dans notre plan climat énergie territorial. Ces aides pourraient également contribuer à l’amélioration des équipements sportifs et urbains qui vont accompagner les stratégies d’urbanisme et périscolaires des communes. Cette subvention permettra d’aider les communes à réaliser leurs projets mais également de soutenir l’économie locale dans les secteurs du bâtiment, de l’artisanat ou des travaux publics. -Pour les plus petites communes qui ont des difficultés à autofinancer des investissements, on pourrait proposer des fonds de concours en fonctionnement ainsi qu’une aide sous forme d’ingénierie pour mettre en place des stratégies d’avenir
-La prise en charge par la communauté de communes du diagnostic accessibilité, pour toutes les communes de Tarn et Dadou qui ne l’ont pas réalisé. Je rappelle juste que ce diagnostic sera obligatoire à la fin du 1er trimestre 2015.
La poursuite de la Mutualisation entre les services de Tarn& Dadou et ceux des communes à l’exemple de ce que nous faisons déjà avec le service urbanisme mais également le service d’information géographique ou les conventions de mise à disposition d’agents communaux dans des missions de la communauté de communes
-La réflexion sur les éventuels transferts de compétences en collaboration étroite avec les vice-présidents et les élus dans le seul but d’accroitre notre efficacité en regroupant nos forces.
A destination des usagers
-Le lancement d’un nouveau PLH (programme local de l’habitat) avec une prolongation des OPAH étant donné le succès rencontré par le programme actuel.
-La mise en place du pacte financier et fiscal avec en premier lieu la continuité de la politique d’harmonisation des bases commencée depuis plusieurs mois;
La construction à Cadalen d’un ensemble comprenant une micro crèche et une petite médiathèque afin de mieux servir la population de ce secteur et ce bien sûr dans le prolongement de tout ce qui se fait déjà dans le domaine de la petite enfance et de la lecture publique.
– Le lancement d’un Schéma d’aménagement numérique en complément du schéma départemental. Ce schéma multi partenarial devra s’appuyer sur les différentes technologies existantes avec une cible prioritaire qui est le la lutte contre les zones
sans haut débit internet.
A destination des acteurs économiques
-La mise en oeuvre d’un plan d’animation économique co-construit avec les entreprises mobilisant des moyens au service du développement du tissu économique local pour accroitre la production de richesses.
-Le lancement d’une étude pour la réalisation de notre schéma directeur d’infrastructures économiques en collaboration avec nos collègues du PETR. Cette étude doit nous permettre d’orienter nos moyens afin d’accroitre notre attractivité économique. Je tiens d’ailleurs à féliciter des acteurs qui ont contribué cette année au dynamisme territorial facteur d’emplois et de richesse dont nous profitons tous. Sans que cela soit exhaustif je peux nommer :
-L’entreprise Caréco qui, en collaboration avec les services de l’Etat, et grâce aux aides régionales et départementales, a réussi à faire sortir de terre son usine sur le Mas de Rest en un temps record. Bravo Monsieur Hérail !
-L’entreprise Shoot Hunting Outdoor, à Briatexte récompensée par la Région dans le cadre des appels à projet innovants. Félicitations Monsieur Maricaille !
– Les entreprises qui se sont installées sur l’Aéropole à Graulhet, ou à Garrigue Longue à Montans. D’autres en particulier issues de la pépinière de Tarn et Dadou qui ont des projets d’installation à Gaillac.
-Les entreprises porteuses de projets innovants, en particulier dans le domaine des énergies renouvelables, comme les unités de méthanisation qui ont vu le jour et d’autres qui sont en gestation. L’acceptabilité sociétale de ces projets nous amène d’ailleurs encore plus à accompagner les sociétés afin de vaincre des craintes davantage basées sur la méconnaissance que sur des réalités. Mais c’est un fait de société que nous devrons prendre en compte quel qu’en soit les fondements si nous voulons préparer la société de demain et son cortège d’innovations et de nouveautés technologiques.
En ce qui concerne plus directement l’activité de l’intercommunalité
-Le succès des OPAH (opérations programmées d’amélioration de l’habitat), avec une excellente collaboration avec le cabinet Faramond et sa collaboratrice Axelle Génesson. C’est grâce à cette efficacité que plus de 2 millions d’€ de travaux ont été réalisés, engendrant ainsi, d’une part des économies d’énergie pour les ménages et d’autre part de l’activité pour l’artisanat et les entreprises du bâtiment.
La mise en place du service urbanisme mutualisé qui, en s’appuyant sur les services des 2 villes de Gaillac et de Graulhet et avec la collaboration des services communaux, nous permet aujourd’hui de parfaitement remplir cette mission d’instruction du droit des sols. -L’appui logistique auprès des services communaux, pour l’organisation du temps périscolaire ou extrascolaire avec la généralisation de la réforme scolaire et le prolongement de la charte intercommunale.
Le soutien massif de l’agence de l’eau qui va permettre à 300 foyers chaque année de bénéficier d’une aide de 4200€ pour mettre aux normes leur installation d’assainissement collectif.
-L’amélioration permanente de la collecte des déchets ménagers en phase avec les propositions et suggestions des élus ou des services -Mais également des investissements pour préparer l’avenir :
– l’ouverture de la médiathèque de Briatexte, car la culture est un bien précieux en temps de crise;
l’extension des locaux à Técou, afin de permettre aux élus et aux agents de travailler plus efficacement et dans de bonnes conditions;
La création d’un gymnase à Lisle pour répondre à une demande légitime du collège d’une part, et afin de satisfaire un besoin d’équipements complémentaires du territoire d’autre part. Je tiens d’ailleurs à rappeler que pour ces chantiers, les entreprises les mieux disantes qui ont été retenues, sont du Tarn ou des départements limitrophes avec des technologies de construction novatrices. Je souhaite ainsi que ces bâtiments soient également pour elles des références pour un marché de plus en plus exigeant.
Je veux aussi associer à ces remerciements les agents de Tarn & Dadou dans leur ensemble pour leur investissement dans l’intérêt commun et pour leur loyauté vis-à-vis des élus. Une année électorale est compliquée car il faut s’adapter à des nouvelles façons de travailler ainsi qu’à des évolutions dans les objectifs.  Cet investissement des agents nous aura permis d’être retenus pour différents concours et citations :
Le label éco quartier d’En Gach, décerné à Graulhet mais en collaboration avec les services de Tarn & Dadou qui nous a permis de mettre en avant l’excellent travail réalisé autour de la rénovation urbaine et contre l’étalement urbain dans le cadre général du schéma de cohérence territorial.
Un Territoire Zéro gaspillage zéro déchets : cet engagement va nous donner des moyens pour appréhender ce nouveau modèle de développement fondé sur l’économie circulaire, la lutte contre le gaspillage et la valorisation intégrale des déchets comme ressources nouvelles. A ce titre nous allons bénéficier outre de l’accompagnement technique de l’ADEME, d’un appui financier de l’Etat de 100 000 € par an. Ceci va également nous donner un accès privilégié et bonifié pour la réalisation des études de faisabilité techniques et de soutien à l’investissement. Je voudrai d’ailleurs rappeler que les services de Tarn & Dadou en particulier dans le cadre du Plan Climat Energie, sont à la disposition des communes pour les aider dans les études d’économie d’énergie qu’elles peuvent mener.
Un Territoire à énergie positive : nous savons tous que la baisse conjoncturelle du prix du pétrole n’est qu’une opportunité passagère mais que le réchauffement climatique et la dépendance énergétique sont les enjeux de demain. Ces récompenses ne sont pas le fruit du hasard mais le résultat d’un travail collaboratif entre les services de Tarn & Dadou et les communes. Nous avons des services de qualité grâce à la valeur des personnes mais aussi parce que notre dimension leur donne les moyens de travailler convenablement. Tout ceci me permet d’avoir confiance en l’avenir et de ne pas céder à une sinistrose de bon aloi. Oui notre territoire a des atouts surtout grâce à la qualité des femmes et de hommes qui le composent. 2015 sera aussi ce que nous avons envie d’en faire.
Bonne année 2015 à tous et vive Charlie Hebdo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *